Visitez notre WebApp cliquer ici

Vêtements chauffants

Voir aussi : Gants chauffants

L’apparition des dynamos et des accus sur les moteurs à explosion permit d’utiliser une partie de l’électricité produite pour réchauffer les passagers et le chauffeur. En 1919 les premiers équipements de ce type furent des gants chauffants pour les conducteurs d’automobiles, puis en 1920 apparurent les premiers sous-vêtements vêtements destinés aux aviateurs, fabriqués par la maison Lemercier, 39 rue St Ferdinand à Paris. Cette maison se spécialisa dans les vêtements de cuir pour l’aéronautique, mais aussi le sport, le golf, la chasse, le ski. Leur réputation fut telle que l’on disait entre les deux guerres un « Lemercier » pour ce genre de vêtement. Ils continuèrent à fabriquer des vêtements aéronautiques militaires pendant la seconde guerre mondiale.

Dans les années 1930, des combinaisons de vol chauffantes furent testées sur des avions météorologiques de haute altitude en Angleterre. Durant la seconde guerre mondiale, les avions et en particuliers les bombardiers Lancaster volèrent à des altitudes de plus en plus élevées, jusqu’à 30.000 pieds, et la température ambiante y descendait entre -30 et -40°C.

Les pilotes et mitrailleurs furent équipés de combinaisons chauffantes de 100 watts, de gants et de chaussures chauffantes, alimentées par le 12V, 24V ou le 28V du bord. Dans une première version de ces appareils, les résistances chauffantes étaient montées en série, et la défaillance d’un seul fil stoppait la totalité du chauffage. Début 1944 ces appareils furent modifiés, et équipés de résistances chauffantes en parallèle.

En France, la société Airaile se spécialisa aussi dans ces équipements aéronautiques, et produisit aussi, après 1945, des couvertures chauffantes domestiques. En 1980 l’invention des batteries rechargeables légères au lithium, permit le développement de vêtements chauffants non raccordés en permanence à une source externe, et destinés aux randonneurs, skieurs et surfeurs.

Demain pour vous chauffer il vous suffira d'un complet spécial. Gants chaussons, passe-montagne, bandes molletières et ceintures peuvent être chauffées par l’électricité. Les aviateurs et les conducteurs d’auto seront les premiers bénéficiaires de cette découverte, et dans un avenir peut-être proche, nous saurons empêcher nos vêtements de servir d’écran lorsque nous nous exposons à une source de chaleur. Nous demanderons à nos vêtements chauffés par l’électricité la chaleur dont nous manquons. Poêles, chaufferettes et radiateurs seront alors remplacés par des vêtements chauffants  – 1920 Sciences et Voyages N°20

Les conditions des vols en avion ont provoqué la création de tout un équipement particulièrement perfectionné Les aviateurs peuvent sous le vêtement de cuir revêtir un gilet et un caleçon chauffés électriquement, ainsi que les gants et les sandales. Ces sous-vêtements sont en tissus des Pyrénées et parcourus par deux circuits électriques, établis pour l’un l’alimentation sous 17 volts, l’autre sous 25 volts. Les circuits chauffants sont constitués par des résistances en fils de nickel très souples et les connections se font par des forts boutons pression qu’on a disposés en triangle et s’adaptant aux pattes de connexion de 17 et 25 volts, ce qui rend impossible l’inversion accidentelle des circuits. Ce système de vêtements, dû à M. Lemercier paraît supérieur aux anciennes fourrures L’équipement officiel de notre aéronautique coûte seulement 1.250frs C’est l’aviateur Casale [Jean Casale, décédé en 1923] qui l’a porté le premier, et après lui Tarascon  – 1927 Sciences et Voyages N°432

Airaile, spécialiste du chauffage de vêtements d’aviation, a adapté sa technique aux besoins nouveaux. Il présente un gilet chauffant spécialement étudié pour répondre aux besoins : d’une part des conducteurs de poids lourds, de tracteurs, et en général, de véhicules dont les accus peuvent en supporter la dépense ; d’autre part aux travailleurs sédentaires exposés au froid et tributaires d’installations fixes. Ce gilet se présente sous la forme d’un double plastron sans manches (ou chasuble), assez ample, en forte toile de coton il dissipe en calories une puissance de 40W.  – 1949 Airaile

alt-a-titre

Vêtements chauffants pour aviateur (1920 Sciences et Voyages

alt-a-titre

Vêtements chauffants Lemercier (1927 Sciences et Voyages)

alt-a-titre

Gilet chauffants (1949 Airaile)