Visitez notre WebApp cliquer ici

Solaire (Appareils de chauffage et de cuisson)

En 1866 Auguste Mouchot fit une démonstration de sa première chaudière solaire devant Napoléon 3, qui lui accorda une aide. Il construisit alors des machines de plus en plus grande et écrivit en 1869 le premier livre sur le chauffage solaire (La Chaleur Solaire et ses Applications Industrielles 1869). Sa machine solaire fut saisie par les troupes Prussiennes en 1871 lors de la prise de Paris. Il la reconstruisit et elle fut de nouveau présentée en 1878 à l’exposition universelle de Paris. Il développa aussi des appareils de cuisson solaires.

Pouillet a calculé que la chaleur envoyée par le soleil à la surface de la terre pourrait fondre une calotte de glace enveloppant complètement le globe et ayant une épaisseur de 30'“. Cette quantité de chaleur, transformée en travail, représente un nombre formidable de chevaux-vapeur. Le célèbre ingénieur Ericson, reprenant les résultats de Pouillet, a calculé toutes ces forces perdues et a exprimé l’idée que, dans un temps plus ou moins éloigné, c'est au soleil lui- même qu’on demanderait directement la production de la chaleur et de la force. Cette idée a fait son chemin. On a construit des chaudières enveloppées de miroirs qui, sous la seule influence de la radiation solaire, ont vaporisé 20 litres d’eau à 5 atmosphères, et, à l’aide de cette vapeur, on a fait fonctionner une petite machine qui démontrait, d’une manière satisfaisante, la transformation thermo-dynamique. Dans un ordre de faits plus modestes, et en attendant des applications plus élevées, un ingénieur français, M. Mouchot, a construit une marmite solaire, sorte de bocal en verre enveloppé de miroirs, dans lequel on peut à la rigueur faire cuire le pot-au-feu lorsque des nuages intempestifs ne viennent pas se mettre à la traverse. Toutes ces recherches sont pleines d’intérêt, nous sommes de ceux qui les croient pleines d’avenir.  – 1876 Regray, chauffage des voitures de chemin de fer

Chaudière solaire Mouchot, exposition de Paris.  – L’univers illustré 1878

Appareils culinaires utilisant la chaleur solaire, par M. Mouchot, de Tours. – 1877 Le technologiste ou archives des progrès de l’industrie française et étrangère N° 71

Les premières expériences de Mouchot remontent à 1860 environ, et Napoléon lit y prit de l’intérêt, en sorte que l’inventeur put continuer ses travaux à l’atelier d’études de Meudon En 1866, il était parvenu à construire deux petites machines à vapeur que le soleil d’Alençon suffisait à faire fonctionner parfaitement
En 1869, Mouchot lit connaître au public le résultat de ses veilles et fit paraître La Chaleur solaire et ses applications industrielles, L’année 1878 différents ministères et le gouvernement de l’Algérie lui accordèrent des subventions assez élevées; en outre, il fut décoré de la Légion d’honneur M. Pifre, jeune ingénieur plein de talent, se lit l’acquéreur des brevets de Mouchot et perfectionna ses travaux, si bien qu’il en vint à construire des appareils utilisant 80 pour 100 de la chaleur émise par le Soleil. Une Société financière se forma pour exploiter ces brevets.  – 1926 Mouchot, biographie

On sait qu’à l’exposition de 1878, un petit journal intitulé « Le Soleil » était imprimé sur une machine qui recevait son mouvement d’une chaudière à vapeur chauffée par les radiations solaires concentrées; Et l’on sait aussi qu’à Maadi, près du Caire, une usine solaire utilise de grands miroirs paraboliques au chauffage d’une machine à vapeur basse pression. Toutefois, en présence des résultats irréguliers qu’elles donnaient, ces tentatives n’avaient guère été imitées jusqu’ici. Mais voici qu’un ingénieur français, M. Marcel Moreau, qui a procédé dans les environs de San Francisco à des expériences multiples à l’aide d’un appareil de son invention, assure qu’il est désormais possible de capter au soleil une quantité de chaleur prodigieuse, cette chaleur atteignant, dit-il, 15000° Fahrenheit, soit environ 8000°C Cet appareil est très simple: il consiste en une sorte d’entonnoir métallique garni à l’intérieur de 1575 petits miroirs, dont la disposition et l’orientation sont combinées de manière à diriger tous les rayons solaires vers un jeu de lentilles qui a leur tour concentrent tous ces rayons en un foyer unique situé au fond de l’appareil.  – 1927, 8000° pris au soleil, Je sais tout N°258

 – Voir aussi petite histoire des rôtissoires, par J.Jumeau, P128

alt-a-titre

Générateur solaire Mouchot (L’univers illustré 1878)

alt-a-titre

Concentrateur de rayons solaires Marcel Moreau (1927, 8000° pris au soleil, Je sais tout N°258)