Visitez notre WebApp cliquer ici

Propane

Voir aussi : Butane , Gaz comprimé

Aussi : Propagaz , Primagaz

Pour répondre à des besoins plus importants en particulier pour le chauffage domestique, fut lancé dans les années 1952-53, le gaz propane dans des bouteilles de 13 kg comme celles du Butane. Entre 1960 et 1961 apparurent les citernes de propane à usage domestiques, tout d’abord aérienne, puis enterrées. On voit donc apparaitre à partir de 1953 des appareils fonctionnant au propane.

Comme le butane, le propane utilisé pour les applications commerciales de chauffage et de cuisson n’est pas un gaz pur, environ 10% consistant en d’autres hydrocarbures gazeux. En vertu de la réglementation limitant à 7 bars la pression maximale de récipients utilisés dans les habitations, le propane ne peut être stocké qu’à l’extérieur. Il a cependant l’avantage d’avoir un point de congélation très bas, aux alentours de-40°C, ce qui permet de l’utiliser en pratique, jusqu’à-20°C, ce qui n’est pas le cas du butane, qui gèle vers 0°C. Compte tenu de la pression plus importante dans la bouteille, il est possible de produire des débits de gaz plus importants, et donc d’alimenter plusieurs appareils de cuisson et de chauffage simultanément.

Le problème est maintenant résolu. Un nouveau gaz liquéfié de pétrole, le Propane, distribué par la Société pour l’Utilisation Rationnelle des Gaz sous la marque «Propagaz», permet d’alimenter sous canalisations les installations domestiques importantes dont tous les appareils fonctionnent en même temps. Propagaz est aussi tout particulièrement indiqué pour des installations comprenant de nombreux appareils agricoles, tels que couveuses, éleveuses, etc., ou pour des appareils à gros débit, tels que cuiseurs, qui ne peuvent être alimentés au Butagaz Le poste Propagaz se compose toujours de deux batteries d’une ou de plusieurs bouteilles: une batterie débite tandis que l’autre est en réserve. A épuisement de la première batterie, la deuxième entre automatiquement en service. Il n’y a donc aucune interruption dans l’alimentation des appareils.  – 1953 Butagaz Propagaz

Tout le monde sait que l’eau bout à 100° et se transforme en vapeur. Le butane liquide, lui, bout à environ 0° (à la pression atmosphérique) et se transforme en gaz. Le propane liquide bout à environ-40° (à la pression atmosphérique) et se transforme également en gaz. Donc en dessous de ces températures, il n’y a pas production de gaz La transformation de l’état liquide à l’état gazeux exige une température extérieure suffisante pour réchauffer la bouteille et permettre au liquide qu’elle contient, de se gazéifier La nappe de gaz se forme au sommet de la bouteille, au-dessus du niveau du liquide. Lorsqu’on ouvre le robinet, ce gaz s’échappe à une pression de: 1, 4 kg/cm3 pour le butane, 7 kg/cm3 pour le propane pour une température moyenne de 15°C
A l’ouverture du robinet d’un appareil, le gaz quitte l’intérieur de la bouteille, et aussitôt la pression à l’intérieur de cette bouteille tend à baisser, mais le liquide se met immédiatement à bouillir pour rétablir cette pression. Il y a donc transformation immédiate du liquide en gaz. A la fermeture du robinet, le liquide n’est plus sollicité pour fournir un débit gazeux, il ne bout plus.  – 1961 Butagaz-Propagaz

alt-a-titre

Propagaz (1953 Butagaz Propagaz)

alt-a-titre

Comparaison du pouvoir calorifique de butane, propane et gaz de ville (1961 Butagaz-Propagaz)