Visitez notre WebApp cliquer ici

Poêle enveloppe à circulation d’air

Aussi : Poêle-calorifère

Ces poêles sont de simples poêles en fonte ou en tôle auxquels est adjointe une paroi métallique extérieure, dont le but est de créer un courant de convection autour de la paroi chaude.

Ces poêles, ainsi que leur nom l’indique, sont entourés d’une enveloppe soit de tôle, soit, de faïence, soit de briques, suivant le cas.
Le but poursuivi en enveloppant les poêles est d’abord de supprimer le rayonnement direct, qui devient souvent, non seulement une cause de gêne pour les personnes placées près du poêle, mais aussi une cause d’incendie qu’on doit à tout prix écarter. Ensuite l’air circulant entre le foyer, ou les surfaces chaudes d'une part et l’enveloppe d’autre part, empêche le corps du poêle de rougir, par conséquent de surchauffer l'air Nous classerons les poêles avec enveloppes en deux catégories, contrairement à ce qui se fait habituellement.
1° Les poêles à circulation d'air, qui reçoivent par le bas l’air même de la pièce à chauffer, qui, en un mot, brassent l’air dont il faut élever la température;
2° Les poêles-calorifères [voir Poêle-calorifère], qui reçoivent par le bas l'air frais pris à l'extérieur et amené au moyen d’un conduit spécial
Poêles à circulation d'air. Les poêliers-fumistes construisent des poêles dans le genre de ceux représentés fig. 218 et 219.
Ces appareils sont constitués simplement par un foyer quelconque en fonte surmonté d’un ou de plusieurs coffres en tôle. La fumée elles gaz chauds circulent dans ces coffres avant de s’échapper dans le conduit de fumée généralement en tôle. Le corps de l’appareil se trouve placé dans une enveloppe en tôle plus ou moins décorée et munie de parties ajourées dans le socle et dans le chapiteau. L’air de la pièce pénètre dans le socle, s’échauffe et s’échappe par le haut. Il arrive quelquefois que l'enveloppe en tôle soit remplacée par une enveloppe en carreaux de faïence.  – 1905 Traité de fumisterie, Maubras

alt-a-titre

Poêles à circulation d'air. Fig 218 et 219 (1905 Traité de fumisterie, Maubras)