Visitez notre WebApp cliquer ici

Poêle de la Compagnie Parisienne du Gaz

Aussi : Poêle calorifère de la compagnie Parisienne du Gaz

La compagnie Parisienne du Gaz, fondée en 1855 par la réunion de toutes les sociétés concessionnaires de Paris, produisait du gaz d’éclairage à partir de la transformation du charbon en coke. Afin de vendre ses stocks de coke, elle développa et mit sur le marché des poêles optimisés pour l’usage de ce combustible.

La Compagnie parisienne de chauffage et d’éclairage par le gaz a été nécessairement conduite à réaliser des appareils permettant d’utiliser les énormes quantités de coke résultant de sa fabrication. L’un de ces appareils, dont nous donnons le dessin (fig. 251), permettra de préciser ce que nous venons de dire. Il présente un cylindre dans lequel s’entasse le combustible en masse (ce qui importe pour les combustibles denses, et surtout sans flamme, tels-que le coke); après ce chargement, on met un tampon à joint de sable et le couvercle supérieur. L’admission de l’air à travers et autour du foyer pour achever de brûler les gaz de la combustion est réglée par de petites portes à coulisses. L’air s’échauffe sur les parois externes. Cet appareil peut se compléter d’une enveloppe à l’intérieur de laquelle passe l’air à échauffer.  – 1867 Etudes sur l’exposition, Gazette des architectes et du bâtiment

Cette Compagnie construit spécialement pour brûler du coke, à feu lent, un poêle en tôle La construction est des plus simples. Le foyer et le cendrier reposent sur un socle élevé au-dessus du sol au moyen de trois pieds venus de fonte. Au-dessus du foyer se trouve un cylindre c en fonte servant de magasin de combustible. Ce cylindre est fermé par le haut au moyen d’un tampon à joint de sable. L'enveloppe extérieure en tôle laisse un passage annulaire autour du cylindre de chargement, et le couvercle en fonte est ajouré pour laisser s'échapper l'air chaud. L’air frais pénètre sous le socle, s'élève et s'échappe par le couvercle.  – 1905 Traité de fumisterie, Maubras

alt-a-titre

Poêle calorifère de la compagnie Parisienne (1867 Etudes sur l’exposition, Gazette des architectes et du bâtiment)

alt-a-titre

Poêle de la Compagnie parisienne du Gaz (1905 Traité de fumisterie, Maubras)