Visitez notre WebApp cliquer ici

Poêle Arnott

Voir aussi : Poêle à anthracite

Aussi : Poêle du docteur Arnott

Le Docteur Arnott, en Angleterre, fut connu pour deux type d’appareils de chauffage : une cheminée à houille, dans laquelle le charbon était monté sur une espèce de monte-charge, qu’il suffisait de faire monter progressivement pour approvisionner la cheminée en combustible, et un poêle à anthracite, dérivé de celui du l’américain Nott, dont il avait amélioré l’alimentation en air de combustion par un système thermostatique.

Un des poêles les plus économiques en ce qui concerne la consommation de combustible qui ait été inventé jusqu’alors, est celui qui a été présenté par le Dr Arnott. Cette invention est une amélioration du poêle de Dr. Nott, la principale différence étant la limitation de l'admission d'air, grâce à laquelle la combustion est régulée, et la chaleur excessive est évitée dans une grande mesure. Cette solution de régulation de l'admission d'air, longtemps avant son application par le Dr Arnott, pour limiter l'intensité de la chaleur des poêles, avait été inventée des années au précédent par le Docteur Ure qui en avait obtenu un brevet. Le poêle du Dr Arnott se compose d'un boîtier externe de fer, de toute forme que la fantaisie peut dicter; dans ce boîtier est placée une boite en terre réfractaire, contenant le combustible, ayant une grille au fond, et comportant un espace entre le foyer et le boîtier extérieur de façon à éviter, autant que possible, la communication de trop de chaleur au boîtier extérieur. Le piédestal du poêle forme le cendrier, et il n'y a pas de communication entre le poêle et le cendrier, sauf à travers la grille au fond du foyer. Un petit trou externe dans le cendrier, couvert par un clapet, admet l'air pour le feu, et selon que ce clapet est plus ou moins ouvert, la vivacité de la combustion est augmentée ou diminuée, d’où il en résulte une plus grande chaleur produite par le poêle. La quantité d'air admise par cette vanne est régie par un appareil de régulation automatique, soit par l'expansion et la contraction de l'air confiné par le mercure dans un tube, ou par l'expansion inégale de métaux différents, selon le système proposé par le Dr Ure  – 1839 Encyclopaedia Metropolitana, traduit de l’Anglais

M. Hurey, d'une part, le docteur Arnott de l'autre, ont modifié ou perfectionné le système d'alimentation continue du combustible, dans des poêles particuliers, dont nous ne donnerons pas de description, parce qu'aucun n'est entré sérieusement dans la pratique.  – 1869 Figuier, Art du chauffage

Mais les appareils Cuttler, Arnott et autres n'ont eu qu'un succès passager à cause de leur complication, de leur prix de revient et de l'intelligence qu'ils réclament pour le service. En économie domestique, on est toujours obligé d'en revenir aux choses simples et fonctionnant seules.  – 1873 Joly traité du chauffage

Appareil Arnott (cheminée). Cet appareil, très employé en Angleterre, est une cheminée à houille à magasin de combustible Le piston étant à fond de course, le matin, on emplit la caisse de houille, de telle façon qu'on puisse procéder à l'allumage; la combustion s'opère sur toute la hauteur de la grille; les couches inférieures de combustible, en raison du manque d'air, ne peuvent pas brûler; à mesure que le combustible disparaît, on remonte le piston d'une certaine quantité; la houille, déjà fortement chauffée, brûle facilement, malgré les scories qui s'accumulent constamment dans la caisse.
Poêle Arnott: Le premier modèle satisfaisant de ce genre est dû à Arnott; on en construit aujourd'hui de grandes variétés qui donnent un très bon rendement et sont hygiéniques.  – 1898 Aucamus chauffage et ventilation

alt-a-titre

Appareil Arnott (1898 Aucamus)