Visitez notre WebApp cliquer ici

Pasteurisation du lait

Voir aussi : Vins (Chauffage des vins)

Bien que Pasteur ait inventé le procédé qui porte son nom, en particulier pour la pasteurisation des bières et du vin, c'est le chimiste allemand Franz von Soxhlet qui, en 1886, proposa d'appliquer la pasteurisation au lait. Elle consistait à porter le lait à une température de 62 à 65°C pendant 30 minutes et à le refroidir ensuite à moins de 12°. Cette opération détruisait les germes pathogènes, et prolongeait la durée de consommation du lait. Mais on s’aperçut plus tard que le bacille de la tuberculose y était résistant. Fut alors développée la pasteurisation haute, à 70°C pendant une minute. Mais cette technique demandait des équipements de chauffage plus industriels que la pasteurisation basse. Son développement ne commença que dans les années 1930. A partir de 1962, l’arrivée du procédé de stérilisation ultra haute température (UHT) qui consiste en un chauffage très rapide à 140°C, suivi d’un refroidissement à 25°C permit la conservation du lait jusqu’à 6 mois.

Cet appareil, qui est simple et économique, donne d’excellents résultats. Le lait se conserve par tous les temps et son goût ne diffère pas de celui du lait qui n’a pas été chauffé  – 1893 Le chauffage, Lefèvre

Etuves à pasteuriser le lait.  – 1929 Sauter

Après avoir été filtré, le lait tombe par gravité dans un pasteurisateur où il est porté à une température voisine de 80° nécessaire à une pasteurisation convenable.  – 1931, BIP N°39

Deux appareils de 1000 litres chacun pour la pasteurisation du lait.  – 1931 BIP N°37

C'est le cas du contrôle des appareils de pasteurisation du lait. La vapeur est admise par une soupape commandée par un thermo-relais (primaire) qui maintient constante la température du lait à la sortie de l'appareil. Un relais de pression (secondaire) ferme impérativement cette soupape lorsque la pression atteint une limite fixée. A partir de cette limite, en effet, il se produirait un excès de chauffage local des tubes, excès de chauffage qui pourrait altérer le lait en contact avec les éléments chauffants et donner à toute la masse le goût de «bouilli».  – 1951 ca Arca régulation

40 à 75°C: pasteurisation des vins, du lait et des boissons fermentées.  – 1939 Femoka Choftou

Pasteurisation du lait.  – 1954 Gautheret, chauffage par rayonnement

L'arrivée du lait se fait par dessous sans joint ni presse-étoupe. Commande de l'agitateur en dessous par engrenages fonctionnant dans un bain d'huile. Tubulures et raccords d'entrée et de sortie du lait, serre-joints du couvercle en bronze nickelé.
Lorsque ces appareils sont employés alternativement comme réchauffeurs et comme pasteurisateurs, nous fournissons au lieu du siphon figuré sur la gravure un appareil de purge réglable à volonté limitant la dépense de vapeur au strict nécessaire.  – 1954 ca Pourprix

alt-a-titre

Pasteurisateur multitubulaire Fouché pour le lait (1893 Le chauffage, Lefèvre)

alt-a-titre

Deux appareils de 1 000 litres chacun pour la pasteurisation du lait (1931 BIP N°37)

alt-a-titre

Pasteurisation du lait par lampes à infrarouge (1954 Gautheret, chauffage par rayonnement)

alt-a-titre

Pasteurisateur- réchauffeur à vapeur ( 1938 ca Pourprix)