Visitez notre WebApp cliquer ici

Mica

Aussi : Micanite

Les systèmes de chauffage tels que les poêles et autres foyers fermés ont toujours eu à se battre contre l’habitude des utilisateurs, ancrée depuis des centaines d’années, de voir les flammes du feu. Une grande partie des utilisateurs refusaient les appareils fermés. Vers 1805, Oliver Evans semble avoir été le premier à utiliser aux USA des plaques en mica, mais les premiers véritables poêles avec le feu visible au travers de fenêtres en mica du Vermont furent inventés par Eliphalet Nott vers 1832, et produits par la société H. Nott and Co. à Albany. Les poêles devinrent les plus importants utilisateurs du mica, qui jusqu’alors était importé des Indes pour des applications artistiques et n’avait pas d’applications domestiques commerciales. Vers 1880 les poêles « Phare » importés en France, durent leur succès au grand nombre de fenêtres de mica permettant de voir le feu. Suivant cette mode, les foyers et cheminées à feu continu l’utilisèrent.

Les poêles avec vitres en mica se nommèrent alors cheminées, terme jusqu’alors réservé aux poêles ouverts. Indépendamment de sa transparence, le mica fut aussi, et reste encore, un des composants essentiels de l’électrothermie en raison de sa résistance mécanique, de sa structure en feuilles, de sa haute tenue en température et de son excellent pouvoir isolant électrique. Pour ces applications, en particulier dans les résistances chauffantes plates, il est surtout utilisé sous la forme de micanite, qui sont des particules de mica agglomérées avec un liant et laminées en feuilles.

En avant de cette grille, la paroi extérieure du poêle figure une fenêtre là où les vitres sont remplacées par des plaques de mica. Il résulte de cette disposition qu’on jouit de la vue du feu Ces poêles [Nott] coûtent cher. A la fin de 1835, les prix au détail variaient de 16 à 60 dollars.  – 1848 Traité de la Chaleur, Péclet

On possède peu de renseignements sur l’exploitation du Mica. Une des plus belles mines de mica de l’Amérique du Nord est située à deux lieues environ de la station de Rumney, de la ligne Berton-Lewel et Montréal On emploie la plupart de ces plaques de mica pour poêles et calorifères, mais elles servent également pour le confection des lampes électriques, et on en fait usage dans bien d’autres industries nécessitant des qualités exceptionnelles isolantes et incombustibles.  – 1894 La Nature N°1070, exploitation du mica

Micas transparents. 1ère qualité, pour 1'extérieur des cheminées.  – 1880 Gosteau

Une feuille de mica transparente, à travers laquelle on voit briller le feu, y est attachée.  – 1885 Peyre-Gough

Fenêtres garnies de feuilles de mica, substance très résistante au feu et laissant passer la chaleur comme elle laisse passer la lumière.  – 1889 Franco américaine de chauffage

Lanterne et son porte-verre Mica.  – 1901 Terrassier Fours économiques

Cheminée tôle garnie de mica.  – 1903 Tenailles d’or

Les conduites de fumée et noircissent le mica.  – 1910 Descours Poêle américain

Cette micanite, fabriquée rationnellement, s'emploie pour la fabrication des disques et rondelles.  – 1910 Chambournier, produits isolants

Cuisinière ornée avec portes ouvrantes à mica.  – 1914 Pied-Selle

Porte unique de visibilité du feu à mica extra clair.  – 1936 Surdiac

Le plus vieil usage du mica était comme accessoire de miroirs, lampes, lanternes et clôtures de fenêtres; les nombreux "spécula" en mica trouvés dans les tombes des habitants préhistoriques du globe en font foi; entre autres les tas de mica trouvés dans les sépultures des bords du Lake Superior, et de l'Etat d'Ohio, aux Etats-Unis, provenant des autochtones précolombiens de ces régions, le mica entrait dans la composition des lampes à huile de la Grèce et de l'Italie anciennes. Depuis des siècles, les villes de Patna et Delhi, dans l'inde, ont servi de marchés de micas pour verre de lanternes en usage dans les temples et pour les processions nuptiales hindoues, Séneca (Lucius Annoneus) dans les "Quoestiones naturales" et Pline (Caius Secundus) dans son "Historia naturalis" parlent des "specularia" employés comme les vitres modernes dans les appartements, et du "lapis" specularia servant de miroir. Du reste, cette pierre spécularia de mica a donné lieu à la science ou art spéculaire, art des temps anciens relatif à la fabrication des miroirs. Boetius de Boot en 1647, parle du lapis specularia employé pour lanternes et fenêtres.  – 1925 Le Mica et ses dérivés, Thomson.

Four avec porte mica  – 1930 Briffault

Découpage et usinage. Micanite. Résistances chauffantes.  – 1954 Drouet Isolants électriques

Micanite 400 W. 115V.  – 1951 Vitelec

alt-a-titre

Pièces découpées en micanite (1910 Chambournier)

alt-a-titre

Variétés de Mica (1925 Thomson)