Visitez notre WebApp cliquer ici

Lessiveuse

Aussi : Buandière économique , appareil à lessive

La lessiveuse est la descendante en tôle galvanisée de la buanderie (voir ce mot) en fonte. Comme une buanderie, elle sert à faire bouillir le linge, en l’arrosant en permanence d’un mélange d’eau et de lessive, mais en réalisant de manière automatique ce qui était auparavant appelé le coulage. En 1805 Mr Widmer, de Jouy, invente un système de remontée de la lessive par la pression de vapeur avec arrosage central. Ce système revient en France en 1815 sous le nom de Cuvier Anglais. A cette époque, les essais d’économie de combustible et de qualité de lavage et de blanchissage battent leur plein, mais se heurtent à la disparité de composition des produits de lessivage, (lessives de soude et de potasse), qui ne lavent pas, ou attaquent le linge ou la cuve. En 1835, Louis Baptiste Léon Duvoir (voir chauffage à eau chaude), fumiste au N°18 place du Marché à Melun, réalise une cuve à circulation naturelle destinée au blanchiment du linge. La particularité de cette lessiveuse était d’être autonome, mobile, et de faire couler en permanence sur le linge, l’eau poussée par l’ébullition, par l’intermédiaire d’un tube central surmonté d’un champignon arroseur, comme la cuve de Widmer. Elle sera brevetée en 1837, malgré les commentaires de l’office des brevets qui signalait que cet appareil, ayant déjà été mis en vente dès 1835, était tombé dans le domaine public. Mais pour que la lessiveuse devienne un produit domestique pratique et utilisé, il fallut attendre 1855 et l’arrivée de la buanderie portative en acier zingué (D’abord nommée appareil à lessive, ou buandière économique, et qui fut plus tard nommée lessiveuse). Ces lessiveuses étaient en acier zingué car la lessive de soude produit de la rouille en présence du fer, et cette rouille tache le linge. Cette évolution fut complétée en 1857 par les produits de lessive efficaces inventés par Isidore Alphonse Théophile Moisson. Les lessiveuses, qui perdureront pendant plus de 100 ans sans modification majeure, disparaitront progressivement lors de l’arrivée des machines à laver chauffantes automatiques et des poudres à lessiver modernes vers 1960. (NB: en Belgique, une lessiveuse est une machine à laver le linge)

Buanderies portatives pour le lessivage du linge à la vapeur.  – 1856 Chevalier

Lessive et appareil Moisson. La connaissance du procédé belge de blanchissage qui consiste à substituer l’ébullition dans l’eau de savon de potasse au lessivage ordinaire, a donné lieu à diverses inventions, toutes basées sur une solution alcaline plus ou moins caustique, dont une faible dose convertit un volume d’eau considérable en une lessive improvisée. La plus usitée de ces innovations, dont aucune ne s’est propagée jusqu’ici dans des proportions un peu larges, est la lessive-Moisson, qui porte le nom de son inventeur. La description détaillée de l’appareil Moisson donnera une idée suffisamment exacte de toutes les inventions du même genre proposées dans le même but voici comment s’opère le lessivage dans l’appareil lui-même. La forme du vase servant à l’ébullition est indifférente, pourvu qu’il ne soit pas de nature à produire de la rouille par le contact avec la lessive-Moisson. Le tube percé de trous qui est en quelque sorte l’âme de l’appareil, est posé au milieu du fond du chaudron sur son support qui ressemble au pied d’un chandelier. Les pièces de linge à blanchir sont empilées autour du cylindre, jusqu’à ce que le chaudron en soit rempli. D’autre part, on mêle à de l’eau tiède, dans la proportion de 30 grammes par litre, la lessive-Moisson, et l’on verse ce mélange sur le linge en quantité suffisante pour que le chaudron en soit rempli au tiers seulement de sa hauteur. Cela fait, le couvercle est posé sur le chaudron, qu’on place sur un feu vif allumé dans un fourneau quelconque. L’ébullition doit être maintenue pendant deux heures. – 1861 Beleze, le livre des ménages

Les appareils les plus simples, employés pour blanchir le linge, ceux dont on se sert pour une famille peu nombreuse sont de deux types, à peu près semblables. Le premier, que l’on chauffe sur un fourneau de cuisine ordinaire, n’a pas de chaudière, et la lessive remplit tout l’espace laissé libre par le linge qui repose sur un double fond criblé. Quand l’eau bout, elle remonte par un tube placé au centre de l’appareil et se répand sur le linge (). Le deuxième type se compose d’un récipient en tôle munie d’un double fond à claire-voie, sur lequel est posé le linge, et que traverse verticalement un tube métallique qui descend dans une petite chaudière placée au-dessous du récipient. La chaudière surmonte elle-même un fourneau arrivée à ébullition l’eau monte par le tube vertical et se déverse par un champignon sur le linge; elle passe à travers la masse et redescend ensuite dans la chaudière par un second tube qui communique du fond du récipient à celle-ci.  – 1876 Semaine du constructeur N°7

Buanderies et Lessiveuses en fonte et en tôle galvanisée.  – 1878 Allez frères

Lessiveuse Française sans tube au milieu.  – 1885 Viville

La lessiveuse-laveuse automatique Américaine La nouvelle machine à laver automatique est donc appelée à être adoptée dans tout ménage dont l’économie est le premier principe, car, avec elle, on peut réaliser, par an, une économie de 200 à 300 francs par ménage.  – 1886 Franco américaine de chauffage

Lessiveuse savonneuse, appareils perfectionnés évitant les taches de rouille et rendant impossibles les coups de feu, le bouilleur étant séparé de la lessiveuse.  – 1893 Pied-Selle

A tube injecteur au milieu perfectionné  – 1900 Lessiveuse La Centrale

Lessiveuses à arrosoir central en zinc extra fort, fond et rehausse cuivre, foyer galvanisé, intérieur fonte. Fabrication spéciale de nos Établissements. Ne pas confondre avec des Articles similaires plus légers et d'un travail moins soigné.  – 1908 Allez frères

Lessiveuse « La Française » Double Cuve bain Marie. La dernière perfectionnée et la meilleure du jour, adoptée par le Ministère de la Guerre pour les Hôpitaux Militaires. Les plus hautes récompenses à toutes les Expositions.  – 1912 Viville

Peut servir de lessiveuse, avec un dispositif à jet, qui se place facilement à l'intérieur pour l'arrosage du linge par l'ébullition de l'eau.  – 1922 ca Berton

Fourneaux "Étoile" pour lessiveuses à fond plat, à houille et à charbon.  – 1923 Deville

Dans la lessiveuse où on le laissera bouillir, suivant l'usage.  – 1930 ca Automoto

Lessiveuse avec 15 litres d'eau au plus, c'est plus économique que de chauffer la cuve de 64 litres. On transvasera dans la machine à laver.  – 1954 Frigeco

alt-a-titre

Cuve de Widmer inventée en 1805 (1848 Péclet, Traité de la Chaleur)

alt-a-titre

Cuvier à circulation d’eau (Brevet Léon Duvoir, 1837, INPI)

alt-a-titre

Buanderie portative pour le lessivage du linge à la vapeur (1856 Chevalier)

alt-a-titre

Lessiveuse à fourneau (1876 Semaine des constructeurs N°7)

alt-a-titre

Lessiveuse en tôle galvanisée avec fourneau
(1888 Allez frères)

alt-a-titre

Lessiveuse tôle à champignon, avec foyer fonte (1908 Allez frères)