Visitez notre WebApp cliquer ici

Landiers

Voir aussi : Chenets

D’après les différentes descriptions des catalogues, le landier, dans son acception du milieu du 19<ème> siècle semble se distinguer des chenets par son utilisation en cuisine. Il comporte alors comporte une partie servant à supporter les bûches (la partie chenet) et le plus souvent une partie verticale servant à supporter des ustensiles de cuisine. Plus tard, la distinction ne sera plus culinaire, mais décorative, et le landier deviendra un grand chenet en fer forgé comportant une longue partie verticale à l’avant.

Il est vraisemblable que ce mot Landier ait été mis en usage francois du temps ou les Anglois estoient en France, car ce que nous appellons chenets ils appellent Andiern, composé de End qui signifie bout et de Iern qui signifie fer.  – Thresor de la langue françoyse, de Jean Nicot, 1606

Preoz et pailles, chauderons et trepiez, et cros aguz, tenailles et landiers.  – li Charrois de Nymes, V. 777

Grand chenet de cuisine.  – Dictionnaire universel, Furetière, 1690

Les bas bretons disent Lander et notre mot landier pourrait bien avoir été fait de ce mot bas breton.  – Extrait de: Dictionnaire étymologique ou Origines de la langue françoise, 1644 Gilles Ménage, Claude Chastelain

Comme le chenet est proprement un petit chien et que les textes parlent de landiers à chenets, il faut sans doute entendre que le landier est la partie essentielle, et le chenet une tête ou des têtes de petit chien ornant le landier.  – Littré

Dans l’intérieur de la rôtisserie, le bois à brûler se supporte de différentes façons. La plus simple consiste à sceller parallèlement au fond et dans les deux costières un sommier en fer plat de champ, sur lequel on accrochera des landiers en fer carré de 30 x 30 au minimum. Ces landiers forment crochet; on en place trois ou quatre suivant la largeur disponible.  – 1905 Traité de fumisterie, Maubras

Devant le landier se relevait verticalement en une forte tige dont le sommet se divisait en trois, quatre ou cinq bras reliés par un cercle, c’était la rouelle, sorte de petite cage dans laquelle on plaçait un réchaud demi-sphérique et à jour en fer battu. Ce réchaud était destiné à contenir de la braise et à supporter des plats dont la cuisson exigeait des soins particuliers.  – 1900 Musée rétrospectif du chauffage

Landiers tout cuivre poli avec pelle, pincettes et barre.  – 1908, 1910 Au Chatelet, Allez frères

alt-a-titre

Landier à accrocher (1905 Traité de fumisterie, Maubras)

alt-a-titre

Landier à pomme (1900 musée rétrospectif du chauffage)

alt-a-titre

Chenet à rouelle (1900 musée rétrospectif du chauffage

alt-a-titre

Landiers artistiques (1908 Au Chatelet, Allez frères)