Visitez notre WebApp cliquer ici

Grille à houille

Voir aussi : Porte-feu

Aussi : Grille de cheminée , Grillage à feu , Grilles Parisiennes , fourneau à grille

L’utilisation du charbon de terre a rendu nécessaire la disposition de grilles dans les foyers, pour permettre sa combustion en surélevant le charbon du sol.

D’abord nommées porte-feux au 18<ème> siècle, elles consistaient en une cage ronde ou rectangulaire faite en barres de fer forgé ouverte sur le dessus. Ces grilles de dimensions variables se posèrent d’abord dans les foyers de cheminée, puis dans les poêles. Le dessin des grilles de cheminées se modifia au milieu du 19<ème> siècle avec le développement du moulage de la fonte, et de forme plate en fer forgé à 4 pieds, elles prirent la forme de corbeilles et s’appelèrent grilles Parisiennes, et se déclinèrent en dizaines de modèles différents.

Quant aux grillages ou fers à feu, les barres qui les composent sont ordinairement de fer battu, quelquefois bien limé. J'ai vu de ces fers à feu à l'anglaise ainsi polis à la lime Les grillages ou fers à feu les plus simples ou les plus ordinaires et à plus bas prix, comportent nécessairement quatre montants principaux d'environ douze pouces de hauteur, dont la partie inférieure forme quatre pieds, quatre traverses de côté, quatre traverses de face, qui peuvent être en sens opposés aux quatre montants Le grillage qui s'adapte sur le sol des poêles, doit avoir un rebord sur le devant, si la porte est de côté, et il doit être élevé de quatre ou cinq doigts pour les cendres.  – 1770 Morand, Charbon de terre

la façon commune et ordinaire de faire du feu avec la Houille c'est de la faire brûler sur une grille Cette grille, foyer, ou fourneau à grille, se place sous une cheminée déjà établie, et perfectionnée, en cas de besoin, par plusieurs réformes ou corrections.  – 1774 Venel

Les foyers des poêles chauffés par le bois n’ont ordinairement point de grilles; c’est une circonstance désavantageuse, parce que beaucoup d’air échappe à la combustion, et diminue la température de la fumée. Cela n’arriva pas lorsque le bois est supporté par une grille, parce que l’air est obligé de traverser le combustible qui la recouvre, et il est même plus épuisé d’oxygène à la fin de la combustion qu’au commencement, parce qu’alors le grille est couverte de braises. A la vérité, par cette disposition, la combustion est plus vive, mais on peut toujours la régler au moyen d’une clef qui se trouve dans le tuyau à fumées. Lorsque les poêles sont chauffés avec de la houille ou du coke, les foyers sont toujours garnis d’une grille, parce que ces matières ne brûleraient pas sans cela.  – 1848 Traité de la Chaleur, Péclet

Les chenets avaient été conservés pour le bois; mais pour la houille, on employa des grilles dont la partie antérieure était relevée, afin de forcer l’air à passer à travers le combustible, et non au-dessus tout d’abord. Ces grilles furent même avancées en saillie des jambages, avec un fond à travers lequel s’échappait la fumée après avoir traversé le combustible.  – 1867 Etudes sur l’exposition, Gazette des architectes et du bâtiment

Quant aux grilles à charbon, elles sont ou droites ou en coquille, ainsi qu’on le sait; ces dernières, de plus en plus usitées en France, le sont presque exclusivement en Angleterre et en Belgique; elles permettent d’avancer le foyer dans l’appartement et de faire agir ainsi plus efficacement la chaleur rayonnante sur l’air ambiant, latéralement à la cheminée.  – 1867 Etudes sur l’exposition, Gazette des architectes et du bâtiment

Vers le milieu du dix-septième siècle, on n'employait encore en Belgique et en Angleterre que les agglomérés d'argile et de charbon qui rappelle les antiques usages de l'Orient où l'on brûle encore le combustible de la même manière. Ce n'est que vers 1658 que J. Winter introduisit une sorte de cage ou de berceau de fer qui donna naissance à nos grilles modernes.  – 1873 Joly, traité du chauffage

Grilles Parisiennes à grille fixe, Grille ménagère.  – 1880 ca Gosteau

Foyer grille à circulation d’air chaud avec grille mobile remplaçable, pose sans scellement dans l'intérieur des cheminées,  – 1880 ca Gosteau

Grilles diverses.  – 1881 Sougland

Grilles à houille et à coke.  – 1896 Salin

Grilles diverses.  – 1905 Faure

Grilles à houille.  – 1908 Allez frères

Grilles à houille pour cheminées.  – 1912 ca Simon Perret

Grilles rectangulaires à pieds.  – 1911 Chappée

Grilles.  – 1931 La Couvinoise

Grille « Soleil », Art Nouveau.  – 1926 Fonderies de Montreuil sur Blaise

alt-a-titre

Boulettes agglomérées d’argile et de charbon sur une grille circulaire (1873 Joly)

alt-a-titre

Grilles à houille de cheminées (1894 Chappée)

alt-a-titre

Grilles à houille de poêles et de fourneau (1898 Clerval)

alt-a-titre

Grille à rayonnement (1908 Allez frères)

alt-a-titre

Grille caffarel (1913 Rosières)

alt-a-titre

Grille Art Nouveau (1926 Fonderies de Montreuil sur Blaise)