Visitez notre WebApp cliquer ici

Gazoline

Voir aussi : Pétrole

Apparu dans les années 1890 aux USA, pour désigner un distillat léger de pétrole, le mot fut francisé en gazoline pour désigner un type d’essence automobile dès 1895, mais resta peu utilisé en raison de la confusion qui exista dans le public entre Pétrole lampant, essence de pétrole, et gazoline.

La gazoline a une densité comprise entre 635 et 690 grammes par litre et peut s’enflammer à-10°C. Le combustible liquide employé dans tous les moteurs dits à pétrole de la course Paris-Bordeaux-Paris est un produit courant d’une densité d’environ 700 grammes par litre. C’est donc un produit intermédiaire entre l’essence et la gazoline. Il faut bien mettre en garde le public contre l’épithète de moteurs à pétrole, si souvent employé pour des moteurs fonctionnant avec de la gazoline, de l’essence et, ajouterons nous, tout autre produit intermédiaire vendu dans le commerce, suivant les régions et les habitudes locales, sous le nom d’essence ou de gazoline. En fait il n’y a pas de délimitation bien établie entre les essences et les gazolines, qui ont pour caractère commun d’être très inflammable, et par suite, plus dangereux que le pétrole lampant.  – 1895 La Nature N°1153

D'autres inventeurs ont songé alors à employer l’essence et nous avons décrit deux types de poêles avec réchauds à essence qui ne manquaient pas d'ingéniosité: mais la gazoline est un liquide d’un maniement délicat et dangereux; c'est pour cette raison sans doute que ces appareils n’ont pas eu le succès qu’en attendaient leurs inventeurs.  – 1895 Vie Scientifique, Poêle à pétrole

Gazoline. Au début de la distillation on recueille des essences extra-légères, densité 650. Ce liquide renferme des fractions dont la densité descend à 610. La gazoline est extrêmement volatile. Elle est employée pour l’éclairage à l’air carburé et pour l’extraction des parfums.  – 1922 Le pétrole. Deutsch de la Meurthe

alt-a-titre

Phaéton automobile Peugeot de la course Paris-Bordeaux-Paris roulant à la gazoline (1895 La Nature)