Visitez notre WebApp cliquer ici

Gazogène

Voir aussi : Gaz Riché

Aussi : Générateur , Gaz Pierson

Les différentes études du 19<ème> siècle sur la distillation des bois, charbons de bois, pétrole ayant prouvé que des gaz combustibles étaient produits lors de cette opération, une série d’inventeurs (Pierson, Riché), développèrent des appareils fixes producteurs de gaz combustible à usage domestique ou industriel, nommés générateurs de gaz (voir ces noms). Apparus vers 1904 les premiers gazogènes, qui diffèrent des générateurs de gaz en ce qu’ils sont destinés à alimenter des moteurs à explosion et en général installés sur des véhicules automobiles commencèrent à s’industrialiser après la première guerre mondiale. Entre 1922 et 1934, des tracteurs agricoles (Renault), puis des camions (Berliet, Brand, Panhard, Decauville) utilisèrent ces appareils, construits par Gohen-Poulenc, Sabatier, Sagam, Marchand, Georges Imbert. Les primes et incitations fiscales à partir de 1934 en accélérèrent la production. La double gazéification, inventée par Riché en 1895, permet alors de produire des gaz de bonne qualité. Lors de la deuxième guerre mondiale, la pénurie de carburant due à la rupture des approvisionnements par le pipe-line Irakien en 1940 fut telle que des modèles plus petits destinés aux automobiles particulières apparurent et que l’Etat rendit obligatoire l’utilisation des gazogènes sur une partie des camions.

Le Gazogène Sagam permet une utilisation commerciale et rationnelle du véhicule dans tous les cas, à condition que le moteur possède une très bonne magnéto à large avance et que sa compression soit portée à 5 kilos minimum. Un litre d’essence est remplacé par 1 kilo 1/2 de lignite [ou] 2 kilos de déchets de bois.  – 1925 ca Sagam

En Novembre 1941, suivant un discours prononcé à l’inauguration de la Foire de Vienne, le Général von Schell, directeur général des transports du Reich, il circulait en Allemagne et dans les pays occupés un total de 150000 véhicules lourds à gazogène, permettant, dans leur ensemble, une économie annuelle d’essence évaluée à 430000 t. Depuis la fin de l’année 1941, il ne sort plus des usines allemandes d’automobiles aucun véhicule utilitaire qui ne soit équipé d’un gazogène. L’idéal des constructeurs était d’arriver à réaliser un gazogène pouvant utiliser n’importe quel combustible solide: bois, tourbe, lignite, houille. Déjà ils ont partiellement atteint leur but puisqu’on voyait exposés, à Vienne, des appareils fonctionnant à volonté au bois, à la tourbe ou aux briquettes de Lignite.  – 1943 La Tourbe, Berthelot

alt-a-titre

Camion avec gazogène (1925 ca Sagam)

alt-a-titre

Gazogène Baco-Bois sur tracteur Fordson (1943 L’illustration)