Visitez notre WebApp cliquer ici

Gaz naturel

Aussi : Gaz de Lacq

Connu depuis longtemps par sa coexistence avec les pétroles, il commença à être exploité uniquement sur les lieux de forage au début du 20<ème> siècle, puis progressivement, après la première guerre mondiale, dans les foyers de chaudières industrielle. La France ne disposait pas, avant 1939 de gisement de gaz naturel exploitable. Les premiers réseaux de distribution se créèrent aux environs de Saint Gaudens après 1945. A ce moment, la France est à court de combustibles. Vers 1950, quelques constructeurs commencent à produire des appareils de chauffage et de cuisson domestiques compatibles. En 1951 une énorme réserve de gaz estimée à 260 milliards de mètres cubes est découverte par la Société Nationale des Pétroles d’Aquitaine (SNPA, qui deviendra plus tard le groupe ELF) à 3000 mètres de profondeur. Il faudra plusieurs années pour effectuer les forages, mettre au point les équipements, développer une usine de traitement du gaz, qui est fortement chargé en soufre. En 1957, ce qui est alors appelé « le gaz de Lacq » commence à être distribué dans les foyers Français. Tous les constructeurs d’appareils développèrent à ce moment des gammes compatibles. Puis de 1960 à 1970, progressivement le gaz de ville et ses immenses gazomètres de stockage, disparut pour être remplacé par le gaz naturel.

Les gaz combustibles que l'on peut utiliser dans l'industrie proviennent de sources très diverses. En outre des gaz naturels qui se dégagent spontanément du sol dans certaines régions Mais les sources les plus importantes de gaz naturels se trouvent dans les bassins pétrolifères, principalement en Pensylvanie Ces dégagements de gaz naturels sont fréquemment utilisés soit pour l'éclairage (avec le manchon incandescent ou après carburation préalable) soit pour le chauffage. C'est ainsi qu'en Chine les gaz sortant des puits d'eau salée sont employés depuis fort longtemps pour la concentration des eaux et l'éclairage des ateliers; de même dans la région de Bakou les fours à chaux sont chauffés au gaz naturel. Mais c'est surtout dans les régions pétrolifères des États-Unis que ce combustible a donné lieu à des applications importantes: le gaz est capté est distribué au moyen de canalisations gigantesques jusqu'à des distances considérables. Un grand nombre de villes de Pensylvanie sont ainsi depuis de nombreuses années éclairées et chauffées au gaz naturel, qui sert également au chauffage des fours métallurgiques.  – 1912 Damour Carnot Rengade, énergie calorifique

Le pétrole est souvent contenu dans des cavités avec de l’eau dans la partie basse et des gaz dans la partie supérieure de sorte que l’on recueille l’un de ces trois produits suivant l’endroit où le forage a été pratiqué.  – 1922 le pétrole, Deutsch de la Meurthe

La région toulousaine assiste depuis quelques années à la naissance d’une industrie nouvelle, celle de la recherche et de l’exploitation du pétrole et du gaz naturel, dont le développement rapide est dû pour une part à la Régie autonome des pétroles [fondée en 1939 et ayant pris la suite du Centre de recherches de Pétrole du Midi] Ce dernier avait entrepris en 1938 dans le Sud de la France les premières recherches par sondage à grande profondeur et découvert dans les petites Pyrénées, à Saint-Marcet (Près de Saint Gaudens) un important gisement de gaz de pétrole qui, lors de l’essai initial du 14 Juillet 1939, donnait un débit de plus de 180.000 m3 par jour Le gaz provenant des chantiers traverse à contre-courant, dans une tour d’absorption à plateaux, une pluie de pétrole à caractéristiques spéciales, dans laquelle se dissolvent propane, butane, pentane et homologues supérieurs. Le gaz qui sort au sommet de la tour ne renferme plus guère que du méthane, de l’éthane et très peu de propane; Il est livré tel quel au réseau de conduites qui l’achemine sur les lieux de consommation Le rendement en calories des tuyauteries est sensiblement accru lorsqu’on remplace le gaz de ville normal par le gaz naturel Ces particularités nécessitent une adaptation des brûleurs des appareils ménagers (réchauds, cuisinières, chauffe-bains etc ) Il en résulte que le remplacement du gaz normal par le gaz naturel pur présente, particulièrement dans les grandes villes, certaines difficultés dues au matériel en usage En Amérique, le gaz naturel est maintenant utilisé pour la fabrication d’essence synthétique par le procédé Hydrocol, et le prix de revient de l’essence ainsi obtenue permet de concurrencer favorablement l’essence produite à partir du pétrole brut, mais une telle industrie ne peut être envisagée en France, faute de réserves de gaz suffisantes, et dans les conditions économiques actuelles, ou nous subissons la pénurie de charbon et d’essence.-  – Le gaz Naturel de Saint Marcet. Par Mr. Leroy. Extrait du 7ème Congrès international du chauffage de la ventilation et du conditionnement. 1947

Au Canada, des villes entières sont éclairées et chauffées par du gaz naturel. La nature a mis à la disposition des canadiens des masses énormes de gaz qui était emprisonné depuis des siècles et des siècles et qu’on amène à la surface du sol par des forages Dans cette région proche de l’embouchure du Pélican, précisément, un sondage effectué en 1897 toucha, vers 250 mètres, une poche si puissante que le gaz jaillit d’un trou avec un bruit tel qu’à 5 kilomètres de distance on l’entendait encore. Le débit et sa violence extrême ne permirent la reprise des travaux qu’au cours de l’année suivante. Et encore avait-on à tort imputé la diminution de puissance du jet à l’épuisement commençant de la poche L’histoire du fameux puits du Pélican avait fini par avoir un retentissement énorme. Douze années durant, son orifice agrandi et toujours béant avait laissé fuir des quantités incalculables de gaz, dont chacun commençait à regretter la perte Peu leur chaut que marchent ou non les transports de charbon, leur usine a plus de quarante-huit heures d’approvisionnement devant elle; son fonctionnement se trouve impeccablement assuré vingt-quatre heures sur vingt-quatre, en dépit de toutes les lois de huit ou de six heures, et les ménagères ne doivent jamais attendre les quarante-cinq minutes qui nous sont normalement nécessaires à Paris pour la cuisson [d’un modeste œuf à la coque. Enfin, fait qui n’est pas à dédaigner, même au Canada, il n’a été encore question ni de rationner le public, ni de tripler le prix de vente du gaz, ce qu’on aurait pu cependant se permettre sans grand inconvénient, en raison du taux infime auquel il est compté aux consommateurs. Il ne faudrait pas croire pour autant que ce gaz naturel n’a pas de valeur. Ses 80 à 90 p. 100 de méthane — gaz de marais ou grisou — et 7 à 10 p. 100 d’hydrogène, avec une infime teneur en oxyde de carbone, en font un gaz très comparable à celui qu’on nous dispense avec tant de fantaisie à Paris. C’est pourquoi des villes entières ne sont pas seulement éclairées avec ce gaz au Canada, mais encore le chauffage des locaux et souvent aussi l’énergie industrielle s’y trouvent assurés par lui.  – 1924 Gaz Naturel au Canada

Appareils de cuisine mixtes, Bois-Charbon-Gaz Naturel.  – 1951 Chappée

Le chauffe- bains instantané "Le Bayard" est destiné à alimenter en eau chaude plusieurs postes de puisage tels que: baignoire, lavabo, bidet, douche. Type N 32 pour gaz naturel.  – 1956 Chaffoteaux

Ce bilan est sensiblement du même ordre avec les gaz naturels et de pétrole.  – 1956 ca Accumulateur d’eau chaude

Le gaz se distribue sous forme de gaz de ville (pouvoir calorifique 3 550 calories), de gaz de coke (dans les centres voisins de grande cokeries, pouvoir calorifique 3 900 calories), et de gaz naturel ou méthane (pouvoir calorifique 9 000 calories).  – 1958 Rambert

Le gaz naturel est constitué en grande partie de méthane;  – 1960 Sécurité dans l’emploi du gaz

Cuisinière au gaz naturel.  – 1960 Acer

Ces appareils existent également pour fonctionner au gaz naturel.  – 1960 Junkers chauffe-eau

Aérotherme au gaz naturel. La technique de compensation d'air dite Make-Up, entièrement différente de celle du chauffage des locaux proprement dit,  – 1960 ca Diffetec

Appareil prévu pour l'utilisation du gaz naturel.  – 1960 Stein

Chauffe-eau avec estampille gaz de houille gaz naturel butane et propane.  – 1961 Le régent

Dans les modèles fonctionnant au gaz de ville, le brûleur est constitué par une rampe portant des becs à flammes blanches. Pour le gaz naturel, l'air propané, le butane et le propane, le brûleur est du type atmosphérique à flammes bleues.  – 1962 Blin

Sécurité dans l'emploi du gaz naturel pour la chauffe  – 1966 Hospitalier, détection de flamme

En France, sa consommation s’est véritablement développée à partir de 1951, avec la découverte du gisement de « Lacq profond » Le gaz de Lacq fournit 150000 t de butane et de propane, tandis que la production de gaz naturel épuré s’est développée régulièrement pour atteindre 5 millions de tonnes par an Au cours des dernières années, des réserves encore plus considérables ont été reconnues et mises en exploitation au Sahara (Hassi R’Mel) en Libye, aux Pays-Bas (Groningue). Et sous les eaux de la mer du Nord, de récentes découvertes promettent sans doute des ressources nouvelles
 – 1966 Gaz combustibles, Pétrole Progrès, Esso

alt-a-titre

Puits à gaz en Amérique (1922 le pétrole, Deutsch de la Meurthe)

alt-a-titre

Le système de forage est celui même qui nous est familier sous le nom de sonnette. Un mouton est périodiquement soulevé, qui retombe de tout son poids sur une tige en métal, terminée par un diamant. A chaque nouveau coup, la perforeuse s’enfonce un peu plus sous terre. On conçoit qu’il faille des mois pour forer un puits de 1 000 mètres de profondeur, comme il en existe bon nombre au Canada. (1924 Gaz naturel au Canada)

alt-a-titre

Gisement de gaz naturel de Lacq (1966 Gaz combustibles, Pétrole Progrès, Esso)