Visitez notre WebApp cliquer ici

Gaz d’huile

Voir aussi : Gaz de pétrole

Aussi : Gaz de suint , Gaz de Colza , Gaz de résine

Ce procédé de fabrication de gaz est l’ancêtre du cracking utilisé dans l’industrie pétrolière

On donne plus spécialement ce nom au produit éclairant obtenu par la distillation de substances liquides. Il a été imaginé un grand nombre de procédés pour la fabrication de ce gaz, mais le principe en est toujours le même. Quel que soit le système ou la matière, la décomposition est obtenue en projetant celle dernière sur une substance réfractaire portée au rouge. Ce gaz ne renfermant que fort peu de composés ammoniacaux ou sulfurés, l’épuration en est très facile. Parmi les systèmes les plus répandus, il convient de citer ceux de Durieux, de Maring et Mertz, et enfin celui de Julius Pintsch Le gaz d'huile est employé plus spécialement pour l'éclairage des petites villes, des villages et des usines, comme filatures où l’on utilise les huiles de dégraissage ou de suint. mais, comme le gaz riche, il sert également aux éclairages mobiles, en particulier celui des wagons, des bouées.  – 1898 Galine, Eclairage

Les huiles végétales sont à un prix trop élevé pour fournir du gaz industriellement, cependant certaines conditions particulières peuvent engager à employer ces matières qui fournissent par la distillation un gaz de très bonne qualité, éclairant environ trois fois autant que le gaz de houille et en grande quantité. Un kilogramme d’huile de colza donne 800 litres de gaz éclairant autant que 2800 litres de gaz de houille
Le suint qui provient du lavage des laines fournit à la distillation un gaz excellent trois lois aussi éclairant que le gaz de houille. D’après Wagner, une filature de 20 000 broches fournit par jour 500 kilogrammes de suint sec, chaque kilogramme de cette matière donne 210 litres de gaz qui brûle à raison de 35 litres pour fournir la lumière d’un carcel.
L’huile de schiste produit environ par 100 kilogrammes, 70 mètres cubes de gaz dont le pouvoir éclairant est égal à environ deux fois et demie celui du gaz de houille.
L’huile de pétrole brute se décompose comme les huiles végétales. On emploie de préférence des cornues horizontales en fonte, dans lesquelles le pétrole brut ou mieux les huiles résidus de raffinage de pétrole arrivent en filet régulier. Le rendement en gaz varie de 50 à 100 mètres cubes par 100 kilogrammes.
La résine fournit par 100 kilogrammes 75 mètres cubes de gaz, d’un pouvoir éclairant égal à celui de la houille. On la distille (après l’avoir préalablement fondue par la chaleur perdue du four) en la laissant tomber goutte à goutte dans des cornues pleines de coke.  – 1880 La Houille et ses dérivés, Chemin et Verdier

alt-a-titre

Four Pintsch (1898 Galine, Eclairage)