Visitez notre WebApp cliquer ici

Gaz de houille

Voir aussi : Gaz à l’eau , Radiateur à gaz , Gaz portatif , Chauffage central au gaz

Ce sous-produit de la transformation de la houille en coke, fut au début rejeté dans l’atmosphère, puis utilisé pour l’éclairage. Il ne fut pas utilisé pour le chauffage et la cuisson avant le milieu du 19<ème> siècle. Le gaz produit comportait une forte proportion de gaz carbonique et de monoxyde de carbone. Vers 1870, le gaz à l’eau, gaz de houille enrichi et partiellement débarrassé de ses substances toxiques, put être produit industriellement, principalement par le procédé Lowe. Il rendait ce gaz plus calorique et plus apte à une utilisation dans les appareils de chauffage. chauffe bains, chaudières. Malheureusement ce gaz fut interdit en France jusqu’en 1923. Vers 1880-1890, l’utilisation croissante de l’électricité pour l’éclairage, qui finit par supplanter le gaz, obligea les sociétés productrices à trouver d’autres débouchés. Se développèrent alors de nombreux appareils qui l’utilisaient: Réchauds, cheminées, radiateurs, cuisinières, Des applications de gaz de houille en bouteille ou en ballon pour l’éclairage ou l’alimentation des moteurs d’automobiles furent développées sans succès notable.

Examinons les avantages que le chauffage au gaz apporterait dans l'économie domestique: Suppression de la fumée et de la poussière qui salissent et abîment les ameublements; suppression des magasins à houille et à bois; suppression des domestiques chargés d'allumer et d'entretenir les feux. Il est bon de dire qu'il existe déjà beaucoup de poêles à gaz en Angleterre. Ce sont de simples enveloppes de cuivre au milieu desquelles brûle un fort bec de gaz; il suffit d'un petit tuyau de moins d'un pouce pour emporter au dehors les produits de la combustion.  – Jobard, rapport sur l’exposition de 1839

Les avantages marqués de ce nouveau mode d’éclairage ont conduit à se demander s’il ne conviendrait pas d’appliquer le gaz comme combustible pour le chauffage, et par suite à l’alimentation des appareils culinaires Dans tous les cas où il s’agit de produire une combustion intermittente, le gaz aura, sous le rapport de l’économie, un avantage marqué, eu égard à la propriété que possède l’hydrogène carboné de pouvoir s’allumer et s’éteindre instantanément. – 1857 Marini appareils de chauffage au gaz

Parmi les industriels qui se sont le plus occupés de cette question du chauffage au gaz, nous devons citer M. Marini, qui s’est fait breveter pour des appareils où l'ingénieux, le luxe et l’utilité marchent de pair. Nous allons les passer en revue et en donner un aperçu succinct, en faisant remarquer que les appareils peuvent être divisés en quatre catégories assez distinctes, qui comprendront:
Les cheminées à gaz, les appareils culinaires, les poêles et appareils d'officines, enfin les becs à gaz proprement dit.  – 1857, le Génie industriel

On a cherché à utiliser le gaz pour le chauffage; à l’origine il était brûlé directement dans un foyer en s’échappant d’une rampe ou à travers les trous d’une bûche et de mèches d’amiante divisant la flamme. Depuis on a cherché une combustion du gaz et une utilisation de la chaleur rayonnante et directe plus complètes. Quoique l’état actuel de monopolisation de la fabrication du gaz qui, en écartant la concurrence, en maintient le prix élevé, eu égard à la qualité, ne soit pas favorable à la solution économique, on est cependant arrivé à des résultats satisfaisants.  – 1867 Etudes sur l’exposition, Gazette des Architectes et du bâtiment

Le gaz, extrait de la houille, a marqué à son heure un véritable progrès sur les procédés anciens; mais il présente encore tant d'inconvénients que personne ne pourra le regretter lorsqu'il sera banni de notre présence. Sur cent parties de ce gaz il y en a vingt inutiles ou dangereuses. L'acide carbonique, dont les propriétés asphyxiantes sont bien connues, y entre à raison de 4 p. 100; l'oxyde de carbone, poison violent, à 13 p. 100.Tout le monde connaît l'odeur infecte qui se dégage des conduits du gaz en réparation, l'altération que la combustion de ce gaz fait subir aux peintures; l'extrême mobilité de sa flamme, fatigante pour la vue; la facilité avec laquelle ce gaz se mêle avec l'air atmosphérique pour faire ensuite explosion au contact d'une bougie ou d'une simple étincelle.  – 1869 La cuisine au gaz hydrogène

Aujourd’hui, grâce aux inventions de M. Jacquet, la maîtresse de maison pourra surveiller elle-même sa cuisine, car cette cuisine sera aussi propre et aussi saine que les autres pièces de l’appartement. Les fourneaux sont chauffés au gaz, et la flamme invisible ne porte sa chaleur que sur les casseroles et sur les marmites. Donc, plus de chaleur qui gâte le teint, plus de charbon, plus de fumée, plus de poussière qui gâtent les vêtements, plus de fatigue pour alimenter le foyer. Le gaz ne demande aucun soin. Les préparations se font seules et régulièrement jusqu’à parfaite cuisson. On peut aussi, avec les appareils Jacquet, rôtir avec la plus grande perfection, parce que la succulence des rôtis égale leur bonne mine et l’uniformité de cuisson; on peut faire des châteaubriands au milieu d’un appartement élégant, car le gaz est employé de manière à brûler les émanations odorantes, de sorte que l’air n’est jamais vicie.
Les appareils Jacquet comprennent des fours pour pâtisserie et préparations les plus difficiles et les plus délicates. Ces fours chauffent avec une régularité parfaite, et donnent des facilités inconnues à nos plus savants cordons bleus.
Le même système Jacquet est employé au chauffage des appartements, salons et boudoirs, sans vicier l’air et sans accident possible, sans aucun danger d’incendie.  – 1870 Cuisine au gaz L’illustration N°1416

La distillation de la houille se fait dans de grandes cornues, autrefois en fonte, aujourd’hui en terre. A mesure que le gaz se dégage, des tuyaux le conduisent dans des appareils d’épuration, ou il abandonne les corps étrangers qui le souillent. Enfin, il passe dans de nombreux réservoirs, appelés improprement gazomètres, d’où il se répand comme une source d’eau vive jusqu’aux points les plus éloignés, qu’il féconde de sa vice lumière. Le gaz purifié est généralement désigné, en France et en Angleterre, sous le nom de gaz-light, qui veut dire gaz-lumière. On l’appelle encore vulgairement hydrogène et tout simplement gaz.  – 1873 Histoire de l’industrie, Maigne

Le chauffage par gaz de houille est dû à Philippe Lebon, l’inventeur de l’éclairage au gaz; toutefois son utilisation pratique ne s’est réellement faite que longtemps après, à la suite principalement de la création, par le chimiste Bunsen, du brûleur spécial qui porte son nom Depuis lors, l’utilisation de la chaleur produite par la combustion du gaz a fait de grands progrès, tant pour le chauffage domestique que pour le chauffage industriel ou applications spéciales.  – 1912 chauffage par l’acétylène

La Société du Gaz de Paris compte 750 000 abonnés et a distribué à titre de prêt 490 000 fourneaux de cuisine.  – 1918 La Nature, gaz et chauffage

La France consomme annuellement près de 1 milliard 600 millions de mètres cubes de gaz. Pour les obtenir, elle doit «traiter» près de 4 millions et demi de tonnes de charbon C'est, je crois, Lebon, l’inventeur du gaz d’éclairage, qui a eu l'idée du moteur à combustion interne; il ne l’a pas réalisé sans doute, mais bientôt, Lenoir a construit des moteurs à le carburateur. gaz qui ont fonctionné fort longtemps et dont je me rappelle personnellement avoir vu un échantillon en service dans une vieille usine il y a moins de quarante ans.
Le moteur à gaz n'est devenu que beaucoup plus tard moteur à essence, mais l'essence a tellement bien supplanté le gaz sur les moteurs à combustion interne qu'on a pu oublier ce premier carburant on le comprime maintenant à très forte pression (200 atmosphères) dans des bouteilles dont les parois offrent une très grande résistance. On utilise pour cela des bouteilles cylindriques faites soit en acier chromé, soit constituées par une enveloppe relativement mince en acier ou en aluminium, frettée extérieurement par des fils d'acier. On arrive ainsi à emmagasiner le gaz sans que le poids total (gaz plus récipient), ne devienne prohibitif.  – 1935 Dunlop

alt-a-titre

Evacuation dans l’air du gaz de houille. (Traité de la fonte des mines par le feu de charbon de terre, par M. de Gensanne, Paris, 1770. Cité dans 1924 Centenaire de l’industrie du gaz.)

alt-a-titre

Schéma de l’installation réalisée par Clegg à Westminster, après qu'une charte de George lll eût enfin autorisé la fondation d'une Compagnie du Gaz. (1812, cité en 1925 Dunlop)

alt-a-titre

Appareils Jacquet de chauffage et de cuisson au gaz (1870 L’illustration N°1416)

alt-a-titre

Cuisine moderne au gaz (1918 La Nature, Gaz et chauffage)

alt-a-titre

Prix des différents combustibles (1918 La Nature, Gaz et chauffage)