Visitez notre WebApp cliquer ici

Fourneau économique

Voir aussi : Poêle Belge , Poêle Flamand , Fourneau belge

A la fin du 18éme, le gouvernement français, par l’intermédiaire des sociétés philanthropiques et scientifiques, pesa de tout son poids pour que des appareils de chauffage et de cuisson économiques en combustible soient développés. Les fourneaux économiques sont au tout début du 19<ème> siècle, des petits réchauds en terre cuite ou en fer destinés à la classe populaire et ne consommant que très peu de combustible, en général du charbon de bois. Des philanthropes comme Siauvé et Harel en conçurent alors, dans l’intention de faire économiser à la nation et aux ouvriers le charbon de bois qui était devenu rare et cher, en particulier à Paris.

A cause de préjugés et d’expériences avec des charbons de mauvaise qualité, l’utilisation du charbon de terre pour remplacer le charbon de bois fut longue à rentrer dans les mœurs parisiennes, malgré les pénuries régulières. Les fourneaux belges, consommant peu de ce combustible dont le prix avait baissé en raison de l’amélioration des moyens de transport, et qui arrivèrent à Paris dans les années 1830-1850 furent de ce fait souvent appelés fourneaux économiques.

Fourneaux économiques.  – 1801 Construction de fourneaux économique

Liste des constructeurs de fourneaux économiques.  – 1802

Le fourneau du citoyen Voyenne est destiné à l’usage journalier des ménages. Il est portatif et établi sur 4 pieds Le prix en est moins élevé que la plupart des fourneaux économiques jusqu'ici construits.  – 1802 Voyenne, fourneau ménager portatif

Le Conseil de Commerce et des Arts du département de la Seine, avait fait annoncer au commencement de l'an XI, par la voie des journaux qu'un Prix serait adjugé en Nivôse de l'an XII, à l'individu qui offrirait le plan et le modèle d'une Construction en terre, au moyen de laquelle les pauvres ménages pourraient profiter de l'économie des Combustibles A Benjamin Rumford. C'est dans ses ouvrages, si intéressants pour l'Humanité, que j'ai puisé la première idée de mes Fourneaux économiques, en lui dédiant mon Essai j'acquitte une dette de la reconnaissance.  – 1804 Siauvé

Ces Fourneaux (genre meuble), en fonte première qualité, établis avec les plus grands soins. offrent tous les avantages que l’on peut désirer. Avec un feu très modéré on y fait bouillir quatre marmites, dont deux de formes ordinaires; une troisième de forme irrégulière, placée entre les deux premières, est destinée à recevoir l’eau nécessaire pour faire cuire à la vapeur le potage qui est dans la quatrième marmite, qui a la forme d’une Urne. La partie où se trouve le foyer est recouverte d’une tablette, qui, recevant la première l’action du feu, a beaucoup de chaleur: cette tablette offre l’avantage de faire cuire, en les plaçant dessus, tous les mets en maigre, tels que poissons, fritures, oeufs, le café, etc., etc. On y grille également les tranches de pain dans un instant. Sur un des côtés du Fourneau, et devant une grille qui s’étend approximativement tout le long du foyer, on peut rôtir à la broche: de l’autre côté se trouve un four pour cuire la pâtisserie ou autres mets. Enfin sur le derrière du foyer est une bouilloire destinée à chauffer l’eau pour tous les usages: on la tire par un robinet. Au moyen des soupapes placées sous les marmites, l’action du feu se dirige à volonté sur telle partie que l’on désire du fourneau.  – 1832 Guyon frères

Les fourneaux économiques qui ont principalement attiré notre attention sont ceux de M. Pauchet, de M. Esprit-Curt et de M. Pottier-Jouvenel, et parmi ceux-là, les fourneaux de M. Pauchet nous ont paru le mieux atteindre leur but, surtout pour les grands établissements. L’amélioration principale dans ces divers appareils consiste à remplacer le bois par la houille, qui est beaucoup moins chère, et à pouvoir, au moyen de registres et de soupapes, amener la chaleur en un point ou la supprimer.  – 1844 Boulangerie Mouchot, L’illustration

Les fourneaux économiques commencent à se répandre dans les grandes maisons. Mais les constructeurs les fabriquent avec trop de luxe et les vendent trop cher pour qu’ils puissent se propager dans la classe moyenne;  – 1848 Péclet, Traité de la Chaleur

Fabrique spéciale de fourneaux économiques.  – 1882 Gasnier

Fourneaux économiques, avec ou sans chaudière.  – 1894 Chappée

Fourneaux économiques portatifs et avec chauffe-assiettes.  – 1904 Danto Rogeat

alt-a-titre

Fourneau économique en terre cuite (1804 Siauvé)

alt-a-titre

Fourneaux économiques (1832 Guyon frères)