Visitez notre WebApp cliquer ici

Fourneau autoculinaire Odelin

Ce fourneau, inventé à la fin du 19<ème> siècle par la maison Odelin à Paris (qui devint ensuite Robur, puis Cap Robur) est la version la plus élaborée des fourneaux de cuisines traditionnels. Il cumule des innovations qui ne seront reprise que bien plus tard par les constructeurs de cuisinières: tournebroche automatique dans le four rôtissoir, plateau rotatif motorisé dans le four, vitres transparentes sur les portes des fours. Il ne semble cependant pas que ce modèle fût bien accueilli par la clientèle, cat il n’apparaît plus dans le catalogue Odelin de 1912.

M. Odelin donne la description suivante: La cuisine au four impose une surveillance continuelle delà cuisson, une manipulation incommode et même dangereuse des récipients brûlants, enfin une ouverture fréquente de la porte des fours (qui nuit à l'égalité du calorique) pour cette surveillance et pour cette manipulation. Ces inconvénients constituaient un problème à résoudre dont on peut ainsi formuler les données: faire tourner dans un four, par un mouvement automoteur et régulier, en sens horizontal ou vertical à volonté, tout objet à cuire sans ouvrir la porte du four, tout en pouvant régler la chaleur du four et surveiller la cuisson. Ce problème est résolu par l’emploi de l'autoculinaire.
Le fourneau autoculinaire est un fourneau ordinaire auquel est adapté un remontoir qui actionne simultanément une broche et un plateau La porte du four est garnie de plaques transparentes en qui permettent, sans qu’on l'ouvre, de voir l’objet en mouvement et d'en suivre la cuisson Il faut éviter de laisser tomber du liquide sur les plaques transparentes de la porte, quand elles sont chaudes pour ne pas les briser.  – 1905 Traité de fumisterie, Maubras

alt-a-titre

Fourneau autoculinaire Odelin (1905 Traité de fumisterie, Maubras)