Visitez notre WebApp cliquer ici

Emaillage de la fonte

Dès le début du 18<ème> siècle, l’émaillage de la fonte, en particulier pour les usages alimentaire (pots) est tenté. Mais les émaux comportent deux défauts: ils se craquellent car leur dilatation n’est pas identique à celle de la fonte, et ils sont toxiques en raison de la présence d’oxyde de plomb utilisé comme fondant de l’émail. Des tentatives infructueuses ont lieu en Alsace et en Franche Comté, et en Angleterre, alors que la technique semble avoir été mise au point en Saxe et en Silésie vers 1830.

En 1850, Godin dépose un brevet pour émailler toute la gamme des fourneaux et cuisinières qu’il produit

En 1881 Sougland réalise déjà des appareils de chauffage émaillés.

En 1900 Albert Dormoy, directeur des forges de Sougland, qui réalise l’émaillage des fourneaux en saupoudrant les pièces de fonte portées au rouge de poudre d’émaux améliore son procédé: Pour éviter aux ouvriers de respirer et d’être en contact avec les vapeurs plombifères de ces émaux, cause du saturnisme, il réalise une espèce de hotte vitrée aspirante. Il reçoit pour cela un 1er prix à l’exposition de 1900. En 1904, De Dietrich commence l’émaillage de ses poêles en fonte. En 1909: Henri Magdalenat, directeur de Rosières lance l'émaillage de la fonte pour ses cuisinières et poêles. Avant 1910, la plupart des constructeurs proposeront des versions émaillées de leurs poêles, cuisinières et fourneaux.

alt-a-titre

Principaux émaux (1902 Forges de Sougland)