Visitez notre WebApp cliquer ici

Cuisinière

A l’origine, entre la fin du 18<ème> et le premier quart du 19<ème> siècle, ce mot désignait un appareil de cuisson en forme de demi-tonneau en fer blanc se plaçant devant une cheminée ou devant une coquille et servant à rôtir devant un feu. Ces modèles existent avec des anneaux permettant de les accrocher devant les portes à rôtir des fourneaux, ou en modèle arrondi, à poser, réfléchissant mieux la chaleur (1). Ce devint ensuite un type de fourneau léger sur pieds comportant un four ou une rôtissoire ainsi que des réchauds, cumulant en un seul équipement tous ceux utilisés habituellement pour la cuisson(2). Des modèles furent développés pour tous les combustibles. Il est quelques fois difficile de faire la différence entre un poêle à four et une cuisinière, mais la catalogue Guyon de 1899, montre que les cuisinières ont, outre des réchauds et un four, une rôtissoire latérale (Porte à rôtir).

(1) On place ce tournebroche en dessous d’une espèce de niche en fer blanc, fort analogue à ce que nous appelons cuisinière.  – 187 Bulletin de la société d’encouragement, Octobre, N°CLX, rapport sur un nouveau tournebroche

(1) Cet ustensile en fer blanc, usité dans un grand nombre d’endroits en France, a une forme demi-cylindrique, dont les extrémités sont fermées. On suspend, dans la partie intérieure, au moyen d’une broche, la viande qu’on veut faire cuire. Mais on a imaginé, depuis un certain nombre d’années, une méthode beaucoup plus économique; c’est de placer cette cuisinière contre une muraille, vis-à-vis d’un trou dans lequel on fixe une petite grille à rebords; ce trou a une forme concoïde, ou celle du quart d’une sphère, dont les côtés sont allongés. On fabrique en terre des coquilles de ce genre, qu’on place dans le creux de la muraille. Après y avoir allumé du charbon, on accroche la cuisinière contre ce foyer, au moyen de deux crochets placés à l’une de ses extrémités, de manière qu’on peut l’écarter ou la rapprocher du mur à volonté, ou l’enlever tout à fait. Cuisson et appareils de chauffage Extrait de: Collection de machines, instruments, ustensiles, , Volume 2 Par Charles-Philibert de Lasteyrie Du Saillant.  – 1820

(1) Ustensile de fer blanc qui sert dans les cuisines à faire rôtir les viandes le gibier et la volaille.  – Dictionnaire général de la langue française et vocabulaire universel F. Raymond 1832

(1) Ustensile en fer blanc (traversé par une broche) qui sert à faire rôtir la viande (dictionnaire de l’Académie Française 1832-1835). N’existe pas dans l’édition de 1776

(1) On en fait de toute dimension La cuisinière se compose de trois parties principales: le bas ou derrière et portant de longues anses étroites ou pieds, le milieu où se trouve la porte, le devant.  – Nouveau manuel complet du ferblantier et du lampiste, Lebrun, François Malepeyre 1849

(1) On désigne ainsi un ustensile de cuisine employé pour faire les rôtis à la broche. Il consiste ordinairement en un demi-cylindre de fer blanc fermé aux deux extrémités, reposant sur quatre pieds et traversé d’une broche mobile qui sert à présenter successivement au feu devant lequel la cuisinière est placée, toutes les parties de la pièce que l’on veut rôtir. On conçoit facilement que le calorique émanant du foyer réfléchi par la concavité du cylindre se reporte sur la pièce qui cuit ainsi beaucoup plus vite et mieux que sur une broche tournant à l’air libre. Depuis quelque temps il se fabrique des cuisinières en fer battu de forme presque ovoïde et dont le but est de concentrer encore davantage les rayons caloriques.  – Encyclopédie du dix-neuvième siècle: Volume 9, Ange de Saint-Priest 1852

(2) Les rôtissoires à gaz sont nommées cuisinières.  – l’illustration, 1857

(2) Cuisinières à 4 marmites, grand foyer, à bois, ou à houille et bois, avec bouilloire, à flamme renversée.  – 1870 Ricot et Nicolas Varigney

(2) Cuisinières nouvelles Toutes sont construites pour servir économiquement à l'usage du bois; néanmoins elles peuvent aussi brûler de la houille au moyen d'un Foyer spécial muni d'un Diaphragme mobile qui permet d'en diminuer à volonté la longueur et, par suite, de proportionner la dépense de combustible aux besoins du moment.  – 1881 Godin

(2) Cuisinières en fonte polie, avec ou sans chaudière,  – 1878: catalogue Allez

La série des cuisinières 240 à 243 a été exposée à Paris en 1878. et le verdict du Jury International qui lui a décerné la médaille d'or a été pleinement confirmé par le public. A aucune époque un fourneau de cuisine n'avait été accueilli avec une faveur pareille.  – 1881 Godin

(2) Cuisinières de toutes grandeurs, à houille et au bois, avec et sans étuves, buse mobile brevetée, porte rabattante à fermeture.  – 1881 Sougland

(2) Cuisinières complètes avec four et rôtissoire à gaz,  – 1882 Vielliard

(2) Cuisinières à gaz.  – 1893 Pied-selle

(2) Cuisinière à pétrole.  – 1893 Pied-selle

(2) Cuisinières en fonte.  – 1893 Pied-selle

(2) Cuisinière électrique.  – 1897 Godin-Dequenne

(2) Cuisinière électrique.  – 1898 Grimm

(2) Cuisinières en fonte.  – 1905 Faure

alt-a-titre

Cuisinière à accrocher à un fourneau (1866 Mlle Madeleine cuisinière bourgeoise et économique)

alt-a-titre

Fourneau avec cuisinière accrochée sur la gauche (1876 Delaroche)

alt-a-titre

Cuisinière ronde en fer blanc (Cuisinière de la campagne et de la ville, 1894)

alt-a-titre

Cuisinières à Gaz (1893 Pied-Selle)

alt-a-titre

Cuisinière électrique (1898 Grimm)

alt-a-titre

cuisinière à pétrole (1893 Piedselle