Visitez notre WebApp cliquer ici

Cuisine roulante

Voir aussi : Four de campagne (militaire) , Roulante

La modification des doctrines militaires, la plus grande mobilité des troupes obligèrent à remplacer les équipements construits à chaque étape par des appareils mobiles et transportables. Les premiers concepts d’appareils de cuisson hippomobiles pour l’armée naissent dès 1801. S’il semble douteux que Napoléon ait utilisé une cuisine roulante pendant la campagne de Russie, ce n’est pas le cas de ses généraux. L’une d’elles, à deux roues, fut prise par les cosaques en 1812. Elle comportait une chaudière pour faire chauffer l’eau, un récipient pour la soupe, deux fours à rôtir, un récipient pour faire le café. (Exposée à Moscou, au Musée patriotique de 1812, et décrite P50-54 du Carnet de la Sabretache, année 1914). Durant le siège de Paris en 1870 et 1871, des voitures-fourneaux durent utilisées pour ravitailler les campements. Cependant la décision de généraliser l’usage des cuisines roulantes, pour approvisionner en soupe et repas chauds les hommes de troupe en campagne (les « Roulantes »), ne fut envisagée par le ministère de la guerre qu’en 1905, et elles apparurent en équipement militaire standard durant les grandes manœuvres de 1908. La première guerre mondiale les multiplia. Elles devinrent ensuite des remorques à traction automobile. Vers 1935, elles se miniaturisèrent en petites « cuisinières» chauffées à l’essence, facilement transportables, mais laissèrent bientôt la place aux rations militaires comportant leur propre système de chauffage intégré.

On peut aussi faire une chaudière portative, pour faire la soupe des troupes à l'armée. Cette chaudière sera construite dans un grand baquet de bois, d'après le même principe, il suffira de mettre entre les douves et le cuivre une couche de cendre ou de charbon pilé, qui empêchera la chaleur de se communiquer au bois. Ce fourneau, qui ne pèse qu'environ 600 liv. (300 kilogr.), peut être mis sur 4 ou 2 roues, et traîné par un cheval. La soupe peut être faite pendant qu'elle chemine. Dans des marches longues et pénibles, le soldat peut trouver agréable d'éviter l'embarras de porter ses marmites, etc., et de trouver, en arrivant, sa soupe toute prête, et meilleure que celle qu'il n'aurait qu'au bout de plusieurs heures pendant lesquelles il est occupé à chercher son bois, à construire sa cheminée dans la terre et allumer son feu.  – 1801 Construction de fourneaux économiques

Ce fourneau peut être principalement utile pour la cuisson des soupes économiques; En le suspendant sur deux roues traînées par un ou deux chevaux, on pourrait l'employer pour préparer la soupe des troupes en campagne, pendant leur marche: elle serait toute prête lorsqu'elles se reposeraient  – 1802 Voyenne, fourneau économique et portatif

Le dessin que nous donnons en tête de ce numéro se rapporte à une innovation que l’on propose d’introduite dans l’armée ; car, bien qu’elle ait toutes les chances d’être adoptée, elle n’est encore quà l’état d’étude. L’emploi de la cuisine à vapeur est donc facultative, et si tel bataillon en est pourvu, tel autre s’en tient toujours à l’ancien système Elle est placée sur une prolonge ordinaire, et se compose de quatre marmites et d’une espèce de four pour les rôtis. Les marmites se tiennent aux quatres angles de la machine, dont le milieu est libre. Des deux côtés sont ménagées des tablettes, destinées à recevoir les gamelles à mesure que les cuisiniers les remplissent. Devant est un caisson pour loger les ustensiles culinaires, et derrières un moulin à café  – 1872, l’illustration N°1534

Bien qu’on ne puisse songer à faire suivre les corps de troupe en marche, et surtout en campagne, de cuisines roulantes, les essais faits principalement dans les armées étrangères rendent intéressant l’examen des appareils de ce genre
Il y a peu de chance pour que leurs cuisines roulantes servent jamais de cuisines de campagne; mais dans bien des circonstances, des appareils portatifs peuvent être précieux. M. Malen expose sous le nom « de Nouvel appareil de cuisine militaire perfectionné, portatif et à repas variés », une vraie cuisine complète, montée sur roues et fort bien agencée. Le type de la classe 66 est destiné à l'alimentation de 400 hommes.  – 1890 Rapport de la commission chargée de rechercher et d’étudier à l’exposition universelle de 1889 les objets, produits, appareils et procédés pouvant intéresser l’armée

L’utilisation, en campagne, de cuisines roulantes permettant de faire la soupe et le café pendant les périodes de marche et de combat est de nouveau à l’étude. Le ministre de la Guerre se propose même de faire expérimenter des cuisines roulantes pour une compagnie d’infanterie au cours des prochaines manœuvres dans l’Est. Le but assigné aux cuisines est de permettre d’obtenir journellement 300 litres de bouillon et 60 litres de café au moyen de récipients distincts pouvant fonctionner simultanément Les industriels qui auraient l’intention de proposer des modèles en vue des expériences devront donc se hâter d’adresser au ministre (5<ème> direction) les plans et devis sommaires de leurs appareils  – Le petit journal militaire, maritime, colonial, N°80, Juin 1905

Cuisine roulante à deux compartiments, le garde-manger est derrière.  – Grandes manœuvres de 1908, Le pèlerin N°1655

Four à rôtir à deux soles tournantes. Métallique démontable, en usage dans l’armée. Contenance en pain: 40kg, contenance en viande 100kgs, poids du four, monté sur pieds: 1100kg, monté sur roues: 1500kg.  – 1911 Chappée

Le fourneau de cuisine de campagne M-1937 modifié, a été créé pour permettre un nombre de travaux de cuisine variés en utilisant l’essence comme carburant. En cas de besoin, il peut être utilisé en le chauffant au bois, car une grille spéciale pliante est fournie à cet effet.
Le fourneau se composant d’unités de petite dimension convient aux unités de n’importe quelle importance Le foyer est complètement indépendant du coffre et peut être placé dans trois positions différentes dans le coffre, suivant le genre de cuisine qui doit être faite. Le foyer peut être également utilisé en dehors du coffre On peut utiliser de l’essence blanche ou de l’essence au plomb comme carburant.  – 1945 ca Fourneau de campagne modèle 1937 modifié

alt-a-titre

Voiture fourneau pendant le siège de Paris en 1871 (1871 L’illustration N°1456)

alt-a-titre

Cuisine mobile à vapeur (1872, l’illustration N°1534)

alt-a-titre

Cuisine Malen (1890 Rapport de la commission chargée de rechercher et d’étudier à l’exposition universelle de 1889 les objets, produits, appareils et procédés pouvant intéresser l’armée)

alt-a-titre

Cuisine portative Déglise
(1890 Rapport de la commission chargée de rechercher et d’étudier à l’exposition universelle de 1889 les objets, produits, appareils et procédés pouvant intéresser l’armée)

alt-a-titre

Cuisine roulante (Grandes manœuvres de 1908, Le pèlerin N°1655)

alt-a-titre

Four militaire pouvant être monté sur roues (1911 Chappée)

alt-a-titre

Fourneau de campagne à essence (1945 ca, Fourneau de campagne modèle 1937 modifié)