Visitez notre WebApp cliquer ici

Coquille (à rôtir)

Nommées par similitude de forme avec des coquillages, les coquilles ont existé en terre cuite, puis en terre cuite renforcée de tôle, puis en fonte. Ces coquilles en terre cuite étaient installées dans la maçonnerie même du foyer de la cheminée, où, fonctionnant comme un réflecteur du rayonnement, elles concentraient la chaleur vers leur centre. Les précurseurs de ces coquilles furent Harel et d’Arcet, entre 1808 et 1818. Dans leurs versions en fonte, elles recevaient des grilles à bois ou à houille, et, placées devant une cuisinière-rôtissoire en fer blanc, permettaient de rôtir avec une dépense limitée de combustible (voir: Petite histoire des Rôtissoires par J.Jumeau).

« Dans le Nord de la France, depuis longtemps, on fait un trou dans le mur, ce trou est hémisphériquement concave, on y place une petite grille, on pose le charbon dessus, et on place le rôti vis-à-vis et tout contre. Je suis le premier qui aie fait faire en terre cuite un petit appareil portatif imitant ces niches de Flandres, ce qui était un assez grand avantage surtout pour les grandes villes où il y a plus de locataires que de propriétaires, alors on pouvait emporter facilement ce petit meuble »  – 1813 Brevet Harel pour la coquille à rôtir

Qui sert de foyer aux cuisinières: On les forme avec du plâtre et du mortier dans l’intérieur d’une muraille lorsqu’on ne peut se procurer des coquilles terre ou en fonte. On leur donne un petit renflement dans leur milieu lorsqu’elles ont une certaine longueur.  – Collection de machines, d'instruments, ustensiles, constructions , Volume 2, Charles Lasteyrie 1824

Coquille à rôtir, Espèce de rôtissoire inventée par M Harel en 1811.  – Dictionnaire général de la langue française et vocabulaire universel, F. Raymond 1832

Des coquilles pour faire le rôti, soit simples soit revêtues extérieurement d’une chemise de tôle,  – Harel 1841

En 1857, les premiers radiateurs à gaz sont nommés coquilles en raison de leur similitude de forme avec les coquilles utilisées dans les appareils de chauffage et de caisson au bois et charbon de bois.

Quand on ne peut faire rôtir devant le feu de la cheminée, on a recours à la coquille. C’est un instrument très-répandu aujourd’hui, à l’aide duquel on opère la cuisson d’une manière économique. La coquille la plus avantageuse est celle qu’on fait en terre cuite et qu’on garni de tôle.  – 1866 Mlle Madeleine cuisinière bourgeoise et économique

Coquilles économiques à grille mobile remplaçable.  – 1880 ca Gosteau

Coquille à rôtir.  – 1879 Guyot Mousseron

Coquilles, coquilles en tôle avec feu dessus,  – 1882 Vielliard

Coquilles à rôtir.  – 1881 Sougland

Coquille à rôtir au gaz.  – 1893 Pied-Selle

Coquilles à rôtir en fonte.  – 1893 Pied-Selle

Coquilles à rôtir pour foyers de cuisinières en fonte.  – 1893 Pied-selle

Coquilles à rôtir.  – 1905 Faure

Coquilles en fonte, coquilles en terre réfractaire.  – 1912 ca Simon Perret

alt-a-titre

Dessin de la coquille à rôtir (brevet Harel de 1813)

alt-a-titre

Coquille à rôtir (1879 Guyon Mousseron)

alt-a-titre

Fourneau à gaz à coquille à rôtir (1893 Pied-Selle)

alt-a-titre

Coquille ronde en terre réfractaire (1912 ca Simon Perret)