Visitez notre WebApp cliquer ici

Cheminée-poêle de Desarnod

Ce poêle est formé d’une caisse rectangulaire en fonte ou en tôle; la combustion est alimentée par l’air de l’appartement; on règle l’ouverture d’introduction de l’air, à l’aide de plusieurs plaques mobiles M, N, qui glissent dans des rainures; elles sont suspendues à deux chaînes qui s’enroulent sur le cylindre x, que l’on fait mouvoir par une petite manivelle extérieure. Ce poêle est placé sur un canal à air qui se prolonge sous le parquet et va s’ouvrir à l’extérieur. L’air peut également être amené par les tuyaux D, D. L’air frais circule d’abord entre deux plaques horizontales qui forment la base de la cheminée, il s’y introduit par les ouvertures 0, 0, parcourt les sinuosités fgh, s’élève ensuite dans une caisse rectangulaire en fonte K dont les surfaces sont échauffées par la fumée, de là il se rend dans les tuyaux R d’où il sort par des bouches de chaleur. L’air brûlé s’échappe par le tuyau F. Cette disposition est compliquée; on pourrait facilement en imaginer un grand nombre d’autres qui seraient préférables sous tous les rapports.  – 1843 Traité de la Chaleur, Péclet

Les cheminées Desarnod en fonte sont déjà bien anciennes, mais elles sont construites avec des soins et une solidité si remarquables, que, malgré leur complication, beaucoup de ces cheminées fonctionnent après cinquante ans aussi bien que le jour de leur installation. Ce sont encore de bons appareils.  – Dictionnaire universel des sciences, des lettres et des arts 1872

alt-a-titre

Cheminée poêle de Desarnod (1843 Traité de la Chaleur, Péclet)