Visitez notre WebApp cliquer ici

Cheminée de cuisine

Voir aussi : Foyer de cuisine

La cheminée de cuisine est celle ou sont réalisées les opérations de cuisson des aliments. Elle fut longtemps uniquement équipée de chenet, d’une broche, d’une crémaillère et de marmite. On y installa progressivement des petits réchauds en terre ou en brique, puis au début du 19eme siècle, on pensa à y aménager, selon les études de d’Arcet, un fourneau en maçonnerie afin de limiter la consommation de bois destiné à la cuisson.

Les tuyaux de cheminée de cuisine des hôtels garnis et grandes maisons.  – 1807 Guyton de Morveau, défauts des cheminées

Grand fourneau de cuisine, de M. Fournier, architecte-fumiste 3 rue de Cléry, n° 10, à Paris. M. Fournier a construit depuis quelques années plusieurs appareils pyrotechniques, les uns d'après les plans de M. d'Arcet, les autres d'après ses propres plans et dessins, soit dans les établissements publics, soit chez des particuliers.  – 1816, cité dans documents pouvant servir à l’histoire du chauffage, par J.Jumeau

Description d’un fourneau de cuisine construit de manière à pouvoir y préparer toute espèce d’aliment, sans être incommodé par la vapeur du charbon, par la fumée du bois ou par l’odeur désagréable qui se répand ordinairement dans les cuisines.  – Annales de l’industrie nationale et étrangère, D’Arcet, 1821, cité dans documents pouvant servir à l’histoire du chauffage, par J.Jumeau

D'une cheminée de cuisine, ou d'un fourneau portatif.  – 1825 Tretgold

Celle qui est avec hotte seulement, et le plus souvent sans jambage.  – Dictionnaire Littré, 1863

La cheminée de cuisine dont la combustion presque constante.  – 1873 Joly, traité du chauffage

alt-a-titre

Cheminée de cuisine du palais des Tuileries (1863)