Visitez notre WebApp cliquer ici

Cheminée Montalembert

Aussi : Cheminée Poêle

En 1763, le général marquis de Montalembert, ancien ambassadeur de France en Russie, fit connaître une cheminée tout à fait nouvelle qu'il désigna sous le nom de cheminée-poêle. C'est, en effet, une sorte de poêle dont le tuyau de fumée serpente plusieurs fois verticalement dans toute la hauteur d'un massif en maçonnerie, faisant saillie dans la pièce comme le massif des poêles du Nord. Mais il diffère notablement du poêle, en ce qu'il n'a point de foyer fermé et que le feu est porté en avant et rendu apparent. Le tirage de ce long circuit de fumée est parfaitement assuré au moyen d'un ingénieux système de soupapes, dont la fermeture complète, après l'extinction du feu, s'oppose au refroidissement rapide de la maçonnerie.  – Etudes sur l’exposition de 1878

1763, Montalembert (M. le marquis de), Paris, « Cheminée-poêle ou poêle françois » mémoire lu à la rentrée publique de l'Académie royale.  – liste chronologique pouvant être utilisée pour l’histoire du chauffage

Par le Mémoire de M. le Marquis de Montalembert et par ceux de Mr. Dietrich et Baumer.  – 1770 Théorie des foyers de cuisine

Mémoire de M. de Montalembert, sur la façon de changer les cheminées en poêle, de même que la description  – 1777 déterminer les moyens les plus avantageux

alt-a-titre

Cheminée Montalembert (Etudes sur l’exposition de 1879)