Visitez notre WebApp cliquer ici

Cheminée Millet

Le fabriquant de cheminées Parisien André Millet déposa de nombreux brevets pour des cheminées entre 1812 et 1833, mais seul son dernier modèle connut un certain succès.

Dans cette cheminée, l’auteur a eu pour objet de faire varier le tirage par le mouvement d’un registre placé devant le combustible, et de régler par le mouvement des mêmes pièces l’orifice d’admission de la fumée dans la cheminée. abc est un encadrement en cuivre ou en fonte qui s’emboîte exactement entre les chambranles et le manteau d’une cheminée ordinaire. d, e, f sont des plaques métalliques ou de faïence qui réunissent l’encadrement abc avec celui du foyer. g, cadre du foyer. L/L, boîtes verticales à coulisse, dans lesquelles montent et descendent les plaques i, lc, placées l’une derrière l’autre en avant du foyer, et qu’on abaisse plus ou moins pour régler la quantité d’air qui alimente la combustion. Le bois est placé derrière ces plaques, et aussitôt qu’elles sont abaissées de manière à ne laisser qu’une issue étroite à l’air, le tirage s’établit et le feu s’allume. En les relevant ensuite pour ralentir la combustion, on rétrécit l’ouverture supérieure par où s’échappe la fumée; mais on ne peut jamais la fermer entièrement; pour diminuer la ventilation de l’appartement lorsque le bois est réduit en braise Dans cette disposition, le foyer est trop encaissé, et l’abaissement du tablier diminue le champ du rayonnement du combustible placé derrière. La suivante, également due à M. Millet, n’a pas ces inconvénients. Cette nouvelle cheminée est formée, comme l’ancienne, d’une boîte en fonte qui se raccorde avec le cadre de l’ouverture du foyer; mais elle a beaucoup moins de profondeur; de sorte qu’une très-grande partie du combustible est placée en avant et rayonne librement dans la pièce. La caisse est percée à sa partie supérieure d’une fente qui règne dans toute sa longueur; le fond est percé d’une ouverture rectangulaire de 10 à 12 centimètres de hauteur, de la longueur de la caisse, dont le bord inférieur est placé à 15 ou 16 centimètres du sol, et qui peut être fermée en totalité ou en partie par un volet de fonte placé derrière. Ainsi la fumée peut s’écouler dans la cheminée, par l’orifice long et étroit de la partie supérieure de la caisse du foyer, ou par l’ouverture variable à volonté du fond de cette caisse. Le tablier ne sert que pour activer la combustion quand on allume le feu, et il n’est point indispensable; le volet du fond du foyer sert à régler l’activité de la combustion quand elle est établie; et enfin l’orifice long et étroit du sommet de la caisse donne issue à la fumée qui échappe à l’appel de l’ouverture, et à la totalité de la fumée quand le volet est complètement fermé.  – 1843 Traité de la chaleur, Péclet

La cheminée de Millet a pour but de régler à volonté l'ouverture du passage de la fumée dans le tuyau par où elle s'échappe. L’extrémité inférieure du coffre où est établi le foyer est en fonte et fermée à sa partie supérieure; mais ce coffre est percé à sa paroi postérieure de deux ouvertures, l'une supérieure, large et d’une petite hauteur, l’autre inférieure et située à une très petite distance au-dessus du combustible. La première est toujours ouverte et ne peut suffire qu’au minimum d’échappement de la fumée pour de petits feux. La seconde peut être fermée à volonté au moyen d’une trappe que l’on manoeuvre avec un levier. Ce système présente des avantages réels. Dans les conditions ordinaires de la combustion, l’air qui l’entretient traverse le combustible de bas en haut; c’est donc à la face inférieure du foyer que la combustion est le plus vive, que le rayonnement est le plus intense; or, le rayonnement de cette face est à peu près entièrement perdu pour l’appartement. En obligeant l’air à raser la surface supérieure du combustible pour gagner l’ouverture inférieure par laquelle il s’échappe en grande partie, on rend cette surface incandescente elle- même, et on augmente ainsi sa puissance de rayonnement. Aussi la cheminée de Millet réalise-t-elle une économie notable de combustible.  – 1864 Dictionnaire des sciences théoriques et appliquées

alt-a-titre

Brevet André Millet, 1833 INPI

alt-a-titre

Ancienne cheminée Millet (1843 Traité de la chaleur, Péclet)

alt-a-titre

Nouvelle cheminée Millet (1843 Traité de la chaleur, Péclet)