Visitez notre WebApp cliquer ici

Cheminée Curaudau

Aussi : Poêle Curaudau

Les foyers de Désarnod, les cheminées, les poêles à étuve de Curaudau, les calorifères d'Olivier,  – 1807 Guyton de Morveau, défauts des cheminées

L'invention de M, Curaudau, et le foyer en fonte de fer de M. Desarnod ont donné les résultats les plus avantageux.  – 1808 Cheminées, bulletin de Lyon

De M. Curaudau, de Paris. Pour tirer le meilleur parti possible de la chaleur produite par toute espèce de combustion.  – 1805 Curaudau Poêles, cité dans cité dans documents pouvant servir à l’histoire du chauffage, par J.Jumeau

La cheminée de Curaudau, se compose d'un foyer dont le rétrécissement vers la partie supérieure est destiné à conduire les produits développés par la combustion dans un fort tuyau de fonte arrivés là, le courant gazeux se divise en deux parties, pour parcourir ensuite et successivement, de haut en bas, les divers conduits qui y sont pratiqués avant de parvenir au tuyau principal. L'air, par son contact avec toutesces surfaces métalliques, s'échauffe et se répand dans la chambre par des bouches de chaleur  – 1828 Manuel du poêlier fumiste

On parvient encore à réaliser une économie notable en plaçant dans le corps des cheminées, ainsi que dans l’àtre, autour et au-dessus du foyer, des tuyaux ou de doubles enveloppes, entre lesquelles l’air s'introduit et gagne successivement les parties élevées en s’échauffant et devenant plus léger; il arrive enfin dans l’appartement par une issue qu’on lui a ménagée au-dessus du foyer, de manière que cet air chaud ne puisse être attiré par le courant de la cheminée. Les cheminées de Curaudeau sont d’une construction analogue à celle-ci, et constituent comme elle des calorifères cachés Curaudeau a aussi proposé des appareils de chauffage en forme de poêles. Ceux-ci ont beaucoup de rapport avec ses cheminées Les expériences comparatives faites par le comité consultatif des arts ont constaté qu’avec 20 kilogrammes et demi d’un combustible on obtenait, avec le poêle de Curaudeau, un effet calorifique égal à celui produit par 100 kilogrammes du même combustible brûlé dans une cheminée ordinaire.  – 1844 Pratique de l’art de chauffer, Audot

alt-a-titre

Cheminée-poêle Curaudau (1844 Pratique de l’art de chauffer, Audot)