Visitez notre WebApp cliquer ici

Cheminée Calorifère Leras

M. Leras, docteur ès-sciences, inspecteur de l’université à Auxerre, avait exposé, en 1855, un appareil perfectionné depuis (fig. 237). Le combustible et les gaz de la combustion transmettent la chaleur à travers les parois d’une capacité en métal, tôle ou fonte, dans laquelle l’air circule longuement sans rencontrer les grands frottements qui résultent des appareils tubulaires; la partie de l’appareil placée au fond du foyer reçoit la chaleur directe transmise par le combustible, celle placée au-dessus du feu reçoit l’action de la flamme et, en la divisant, absorbe plus de chaleur.  – 1867 Etudes sur l’exposition, Gazette des architectes et du bâtiment

alt-a-titre

Cheminée Calorifère Leras (1867 Etudes sur l’exposition, Gazette des architectes et du bâtiment)