Visitez notre WebApp cliquer ici

Chaufferette

Voir aussi : Gueux , Chauffoir

Au 16<ème> siècle la chaufferette semble être un récipient faisant partie d’un landier (partie d’un chenet: voir chenet à coupe).

C’est ensuite un petit récipient en métal, rempli de braises, servant à réchauffer les pieds. (aussi appelé: Gueux, Courtine, Réchauffoir, Cagnard, ). Couvets et Écouvés étaient plus particulièrement des chaufferettes sur lesquelles on s’asseyait. Chaufferette fut quelque fois utilisé pour désigner un réchaud miniature rempli de braises (chaufferette pour chauffe plat, ou pour couvoir). Avec l’apparition des systèmes de chauffage à eau chaude, existèrent des chaufferettes à circulation d’eau, reliées à une chaudière séparée (chaufferettes de voitures hippomobiles, chaufferettes de trains). Il exista des chaufferettes à charbon de bois, à alcool, à acétylène, à esprit de vin, à bloc métallique, à acétate de soude, à briquettes etc Le développement du chauffage électrique fit apparaitre des chaufferettes électriques à raccordement permanent ou à accumulation.

Deux landiers de fer, sans chauferetes, ayans chacun troys chenetz.  – 16<ème> siècle, Archives royales de Chenonceau, publiées par l'abbé Chevalier, Paris, 1864, p. 131

Chaufferette: Espèce de boîte doublée de fer blanc qui est trouée par en haut, dans laquelle on met du feu pour se tenir les pieds chauds.  – 1690 Furetières

Petit coffret qu'on met sous les pieds pour les tenir chauds. II est garni de lames de fer, entre lesquelles on met le feu. Le dessus est percé de plusieurs petits trous pour lui donner de l’air, et en laisser sortir la chaleur.  – Furetières, Dictionnaire universel, contenant généralement tous les mots françois tant vieux que modernes et les termes des sciences et des arts 2eme édition 1701

La chaufferette qui a été garnie de braise le matin.  – 1751 Pratique de faire éclore

Chaufferette en boîte. C'est une boîte percée de trous; avec un couvercle également percé, le tout doublé de plaques de tôle.  – 1820 cuisson et appareils de chauffage

Appareil appelé par l'inventeur Jorrine ou conservateur de la chaleur, devant remplacer les chaufferettes à l'usage des appartements, et les boules d'eau et réchauds pour le service des tables.  – INPI, brevet de Christophle de Saint Jorre, Louis-Claude, 1823

Application d'une nouvelle matière de terre cuite à la fabrication des chaufferettes à eau bouillante.  – INPI, brevet Hugot, 1846

Chaufferette à thermo-syphon.  – 1857 Le magasin pittoresque, Lemaire

Petite chaufferette à main. Cet ustensile est, d'ailleurs, toujours en usage dans l'Italie moderne. On le nomme focone.  – 1869 Figuier art du chauffage

Chaufferettes plus élégantes en cuivre; on leur donnait la forme d'un vase.  – 1877 anciens modes de chauffage

Chauffe-assiette avec chaufferette.  – 1880 Gosteau

Chaufferettes.  – 1881 Sougland

Le voyageur étant obligé d'avoir les pieds appuyés sur la chaufferette fixe.  – 1884 Roret chauffage

Chaufferettesaccumulatrices à l’acétate de soude.  – 1886 Franco Américaine de chauffage

L'appareil ci-dessus pour chemin de fer peut chauffer jusqu'à cinq compartiments avec un seul foyer.  – 1890 Morel

Chaufferettes.  – 1889 Hygiène des voitures

Remplaçant avantageusement la chaufferette.  – 1890 Denoyelle

Chaufferettes.  – Pied-Selle 1893

Chaufferettes électriques.  – 1896 Godin

Chaufferette électrique.  – 1897 Godin-Dequenne

Chaufferette Aérifère.  – 1889 Didot-Bottin, Lefranc

Chaufferettes à acétylène.  – 1900 Blériot

Le mot chaufferette ou chauffette, que nous rencontrons assez fréquemment au 14<ème> siècle, servait à designer des ustensiles destinés à un même usage, celui de chauffer les mains ou les pieds. Les premières étaient des boules de métal dans lesquelles on mettait de l’eau chaude, les secondes étaient des brasiers de petite dimension, sortes de réchauds dans lesquels on voyait brûler le charbon. La chaufferette, que l’on rencontrait souvent dans la cuisine, servait à la fois à réchauffer les plats et à se chauffer les pieds. Celles-ci se sont conservées jusqu’à nous, on les appelle encore des gueux. Mais comme ces gueux présentaient un danger constant et mettaient souvent le feu aux jupons des femmes qui s’en servaient, on eut l’idée de les munir d’un couvercle, c’est ainsi que prit naissance le chauffe-pied encore en usage de nos jours.  – 1900 Musée rétrospectif du chauffage

Chaufferettes.  – 1905 Faure

Chaufferette bois.  – 1910 Allez frères

Chaufferettes contenant un liquide incongelable.  – 1909 Chauffage des chemins de fer

Chaufferette électriques d'appartement.  – Lemercier 1922

Chaufferette pour les mains, un objet précieux et de luxe.  – 1925 Larousse

Chauffette: Vaisseau de métal rentrant dans la catégorie des bouillottes et coquemars, et destiné à faire chauffer de l'eau. Autrefois Synonyme de chaufferettes.  – 1925 Larousse

Sorte de boîte où l'on met de braise, de l'eau chaude, etc., pour se chauffer les pieds. Appareil servant à conserver chaud ou à réchauffer les plats, etc. La chaufferette semble avoir été inconnue des anciens, mais le moyen âge a donné à cet objet la forme que nous lui donnons encore. On entendait, au moyen âge, par chaufferettes, tous les réchauds portatifs. Dès le 15<ème> siècle, en France, la chaufferette est d'usage assez courant; la grandeur des salles, la difficulté de les chauffer suffisamment, l'emploi du carrelage pour paver les locaux d'habitation, expliquent la priorité de cet usage. Les parquets, au 17<ème> siècle, commencèrent à le restreindre. On en fit en bois, en métal, en terre cuite, suivant l'évolution des styles.  – 1925 Larousse

Chaufferettes émaillées.  – 1926 Rosières

Chaufferette électrique.  – 1926-27 Fil rouge

Chaufferettes cylindres, Chaufferettes de Dames.  – 1931 Courcier

Chaufferettes.  – 1931 Godin

Chaufferettes de pieds. Ces appareils luxueux, en fibre véritable, avec garniture laiton et écran amiante, sont équipés avec un réchaud.  – 1928 Therm’x

alt-a-titre

Chaufferettes (1893 Pied-Selle)

alt-a-titre

Chaufferette électrique (1896 Godin)

alt-a-titre

Chaufferette catalytique à essence, modèle deux places pour automobile (1928 ThermX)