Visitez notre WebApp cliquer ici

Chauffage central à vapeur haute pression Gandillot

C’est de 1825 à 1830 que Perkins, ingénieur anglais, fit les premiers essais de chauffage à très-haute pression; divers établissements considérables ont été chauffés dans de bonnes conditions depuis cette époque, en Angleterre, puis eu Allemagne, et enfin eu France, où M. Gandillot ainé introduisit le système qui fut perfectionné dans la suite par M. Ch. Gallibour. M. Ch. Gandillot, exposant, constructeur de ces appareils, les dispose ainsi que nous l’avons figuré. Le système comporte un tuyau en fer étiré soudé à chaud, de très-faible diamètre intérieur et très-épais relativement à ce diamètre, Ce qui le rend susceptible de supporter des pressions considérables (environ 500 atmosphères). Ce tuyau se recourbe très-facilement, et, comme il est en fer de bonne qualité, il ne se déchire pas quand on le coude; on le dispose en forme de serpentin S et on le place dans une enveloppe en maçonnerie; le feu est fait dans cette capacité, et le chargement du combustible est opéré par une ouverture placée au-dessus du foyer et close par un tampon. Ce tuyau sans fin circule dans tous les endroits à chauffer. L'eau étant portée à une très-haute pression, par suite à une température très-élevée, le tuyau qui la contient chauffe l’air à travers ses parois par rayonnement, comme si l’on avait un foyer, et ici on a une sorte de foyer continu, comme le tuyau lui-même; 100 mètres de ces tuyaux peuvent chauffer 400 mètres cubes d’air. D’autre part, la circulation étant très-rapide, le conduit dans le foyer est continuellement refroidi, il en résulte que le fer ne peut être brûlé. Ce passage de l’eau suffit pour polir, au bout d’un certain temps, les parois intérieures du tuyau, ce qui rend les anciens tuyaux au moins aussi propres à reconstituer de nouveaux appareils que les anciens. De ce que le diamètre des tuyaux est très petit (0, 015m au maximum), il résulte que la quantité totale d’eau contenue dans tout l’appareil est tellement faible (environ 20 litres pour 100 mètres de tuyaux) qu’une rupture serait sans inconvénient.  – 1867 Etudes sur l’exposition, Gazette des architectes et du bâtiment

Le système de chauffage exploité par M. Gandillot est à haute pression et plus anciennement connu sous le nom de chauffage Perkins. Il consiste en une circulation unique et continue d'eau sous pression dans une canalisation de très petit diamètre. (10 millimètres à l'intérieur)  – 1905 Perisse, chauffage des habitations

Calorifères Gandillot, à circulation d’eau chaude et à petits tuyaux en fer de 26 mm de diamètre extérieur. 600.000 mètres de tuyaux posés. 1.500.000 mètres cubes d’air chauffés.  – 1905 ca René Gandillot

alt-a-titre

Calorifère à eau chaude Ch. Gandillot, système Perkins (1867 Etudes sur l’exposition, Gazette des architectes et du bâtiment)

alt-a-titre

1905 ca Chauffage Gandillot avec serpentin haute pression dans un calorifère