Visitez notre WebApp cliquer ici

Charbon

Voir aussi : Houille , Agglomérés , Boulets

Les dictionnaires et les ouvrages scientifiques, en particulier Français, du 18<ème> sont tous unanimes pour affirmer que le charbon est impropre au chauffage domestique en raison de sa fumée et de ses exhalaisons. Ils distinguent alors uniquement le charbon de pierre (Anthracite ?) et le charbon de terre (Houille ?), sans clairement faire la distinction entre les deux, car les définitions diffèrent d’un auteur à l’autre. La houille est alors connue en France, mais utilisée quasiment uniquement en maréchalerie. La découverte en 1734 des mines d’Anzin (à 4kms de Valenciennes), qui sont une extension des gisements du Borinage, fut à l’origine d’essais sur les applications en chauffage domestique. Les différences entre les différentes qualités de houille (grasse, collante, sèche, flambante, etc.) ne sont alors pas connues et il faudra attendre la première moitié du 18<ème> siècle pour que cette distinction soit faite et que l’usage du charbon en fonction de sa qualité et de son pourcentage en composants bitumineux malodorants et fumigènes s’affine. Malheureusement la houille des mines d’Anzin est grasse et fuligineuse, et donc difficilement utilisable à l’état natif dans une cheminée. Un médecin Français, Jean François Clément Morand, prenant exemple de la manière dont on prépare dans la région de Liège les houilles grasses pour les rendre propres à l’utilisation domestique en la mélangeant avec de l’argile, tentera vainement en 1770 d’en expliquer l’usage. Alors qu’au 18<ème> siècle l’usage du charbon de terre (houille) pour le chauffage domestique est courant depuis plusieurs siècles dans la région de Liège et de Mons en Belgique, ainsi qu’à Londres, et à Pékin, il ne se généralisera donc que très lentement en France. Dans Paris, pourtant la ville la plus touchée par la raréfaction du bois de chauffage, malgré quelques essais isolés et sans suite au 18<ème> siècle, on ne l’emploiera petit à petit, qu’à partir du premier quart du 19éme. A Lyon, des essais comparatifs entre la houille et le bois ont lieu dès 1740, et l’hôtel Dieu l’utilisera rapidement.

Dans les provinces françaises productrices de charbon, Valenciennes et une grande partie du Hainaut français l’utilisent couramment pour le chauffage domestique à partir de 1740, ainsi que dans le Forez, les villes de Saint-Chamond et Rives de Giers.

[les Pékinois] se servent aussi, tant en hiver qu'en été, de ce charbon de pierre, dont la chaleur et la fumée sont si violentes.  – 1650 ca Chauffage et poêles dans la ville de Pékin

Dans l’hiver de l’année 1712 environ, plusieurs pensionnaires du collège de Louis le Grand se trouvèrent très bien de l’idée de leurs parents, qui, à l’occasion du prix auquel sans doute le bois de chauffage était porté dans ce moment, envoyèrent à leurs enfants du charbon de terre. Ce fait m’a été assuré par une personne aussi éminente par ses qualités professionnelles que par les places distinguées qu’elle a occupées, et elle était du nombre de ceux qui s’échauffèrent avec du charbon de terre.  – 1770 Charbon de terre apprêté, Morand

[En 1717], le bois étant devenu très rare et très cher à Paris, on y amena quelques bateaux de charbon de pierre; mais la malignité de ses vapeurs et son odeur de soufre en dégoûtèrent bientôt. Il se vendait en gros au quintal et se débitait à la livre.  – Essai sur l’état du commerce d’Angleterre, édition de 1755 par John Cary, 1745, cité en 1770 par Morand dans Charbon de terre apprêté

Observations et expériences sur la chaleur du feu de charbon de pierre et de terre, comparées à celles du feu de bois, faites à Lyon, par ordre de la cour, dans des poêles.  – 1740 Observations et expériences sur la chaleur du feu de charbon

Le Charbon de terre est employé dans les boutiques de ceux qui travaillent en fer. Son feu est plus âpre que celui du charbon de bois: le meilleur qu’il y ait en France est celui de Saint-Etienne en Forez.  – 1765 L’agronome, Dictionnaire portatif du cultivateur

Il serait important pour le peuple de Paris, et même de la plupart des provinces, de pouvoir substituer le charbon de terre à celui du bois, dont le prix est presque partout inaccessible pour lui; qu’il est de plus intéressant pour la ville de Paris en particulier, de diminuer cette consommation de première nécessité, qui s’augmente tous les jours et devient effrayante.  – Lettre de M. Le Duc de la Vrillère au secrétaire royale de l’Académie des Sciences, le 14 Octobre 1769, citée dans 1770 Charbon de terre apprêté, Morand

Peu de personnes ignorent que la coutume d’appliquer le feu de houille aux usages domestiques a passé dans le Hainaut Français; C’est depuis que les travaux de M. le Vicomte des Androuins [découverte des mines de houille d’Anzin en 1734] ont mis cette frontière du royaume en possession d’un trésor qui n’y était pas connu.  – 1770 Charbon de terre apprêté, Morand

Le Charbon de terre, appelé aussi indistinctement Charbon de pierre dans quelque pays, nommément en Languedoc; Houille dans les provinces septentrionales du royaume.  – 1774 Instructions sur l’usage de la houille, Venel

alt-a-titre

Mine de charbon (1762-70 Encyclopédie Diderot)