Visitez notre WebApp cliquer ici

Caléfacteur

Voir aussi : Chauffe-Bains thermosiphon

Néologisme crée par le docteur Pierre Alexandre Lemare en 1823, pour désigner un appareil de cuisson combinant bain marie et cuisson à la vapeur, procurant une économie de combustible. Il en exista un modèle fonctionnant par thermosiphon utilisé pour le chauffage des bains. Ce mot fut ensuite utilisé pour décrire un appareil ou la partie d’un appareil générant de la vapeur.

Chaque caléfacteur, quelle que soit sa grandeur, se compose de trois pièces essentielles, le fourneau, la marmite et la capsule; elles constituent le caléfacteur proprement dit.  – 1823 Caléfacteur Lemare

Appareils, tant nouveaux que perfectionnés, nommés caléfacteurs.  – Brevet de 1825, par Lemare Pierre Alexandre

Mémoire historique, scientifique et polémique sur un nouvel Hydro-caléfacteur à la vapeur d’eau.  – 1826 Billerey

Caléfacteur de Lemare. Cet appareil est représenté en élévation, fig. 1, et en coupe verticale, fig. 2 Il est composé d’un vase cylindrique ABCD, soudé à un autre semblable A'B’C'D’ concentrique, qui l’enveloppe de toute part. Au fond du vase à double enveloppe se trouve une ouverture E, fermée par un registre m. L’espace compris entre les deux enveloppes a trois ouvertures: l’une F, située à la partie supérieure, est destinée à introduire l’eau que cette capacité doit contenir; une autre G, située à la partie inférieure, est garnie d’un robinet; enfin la dernière H, est destinée à faire écouler la vapeur par un tuyau IK qu’on y adapte, lorsque l’on couvre l’appareil d’une enveloppe ouatée, ou quand on utilise la vapeur Pour se servir de cet appareil, on commence par mettre l’eau et la viande dans le vase M, On allume le feu, et on met ce vase en place, de manière que ses bords ne s’appliquent pas exactement sur ceux de l’enveloppe, afin que l’air brûlé puisse se dégager; pour cela on a ménagé sur les rebords du vase trois petites saillies qui le maintiennent soulevé quand ils ne sont pas en regard de trois petites entailles correspondantes pratiquées sur les bords de l’enveloppe. Aussitôt que l’ébullition se manifeste, on écume; alors on tourne la marmite de manière que les saillies dont nous avons parlé entrent dans les échancrures des bords du vase; on place le vase N qui doit contenir les légumes; on ferme le registre m, et on couvre l’appareil de l’enveloppe ouatée PQ. Après six heures, la viande et les légumes sont cuits. On peut remplacer le vase M par deux autres demi-circulaires de même hauteur, dont l’un sert pour le pot au feu, l’autre pour faire un bœuf à la mode ou d’autres mets analogues. Pour faire des rôtis, on remplace le vase M par un four de campagne, et on met le vase M dans un autre, placé à côté, où il est chauffé par la vapeur qui s’échappe par le tuyau IK. Dans cet appareil, la chaleur nécessaire est produite par une faible combustion, alimentée par une petite quantité d’air qui passe à travers les fissures du registre m, et qui s’échappe par les orifices très-étroits qui restent autour des rebords de la marmite M.
Cet appareil est très économique, car il utilise presque toute la chaleur développée par le combustible Le caléfacteur de Lemare est très répandu, parce qu’il est très économique et qu’il n’exige aucun soin; mais il est sujet à des accidents, car ce n’est que par des tâtonnements qu’on parvient à régler la combustion pendant la cuisson.  – 1843 Traité de la Chaleur, Péclet

Caléfacteur appliqué au chauffage des bains. C’est un vase en cuivre fermé par le bas; il est garni à sa partie inférieure d’un tube latéral extérieur, communiquant avec une cheminée, et à la partie supérieure d’un vase à deux enveloppes concentriques, d’une plus petite hauteur, dont l’intérieur est destiné à recevoir le linge qui doit être chauffé. On met le charbon dans la partie inférieure du vase extérieur, et on place l’appareil dans la baignoire où il est retenu par deux tringles transversales.  – 1843 Traité de la Chaleur, Péclet

Sur le caléfacteur, on peut aussi placer un deuxième compartiment sans tube de vapeur, dans lequel on fait réchauffer les plats de la veille. Le fond de ce compartiment est chauffé par la vapeur, qui remplit ainsi le rôle de bain-marie.  – 1894 Cuisinière de la Ville et de la campagne

L'organe essentiel est le caléfacteur.  – 1914 Biège chauffage industriel

alt-a-titre

Caléfacteur Lemare (1843 Traité de la chaleur, Péclet)

alt-a-titre

Caléfacteur (1894 cuisinière de la ville et de la campagne)