Visitez notre WebApp cliquer ici

Calorifère à étages

Applications générales des foyers économiques continus à étages multiples, perfectionnés par Albert Robin (E. C. P.), Ingénieur des arts et manufactures.
Foyer économique continu à étages multiples brûlant tous les combustibles pulvérulents et pauvres pour Séchoirs, Calorifères, Étuves et Applications industrielles en tous genres. L'état pulvérulent constitue une des plus grandes difficultés de la combustion des charbons qui ne possèdent pas la propriété de s'agglutiner sous l'action du feu.
On peut utiliser, en partie, des charbons en les agglomérant artificiellement, mais c'est un procédé coûteux, qui ne peut être employé pour des combustibles de qualité inférieure. La pauvreté du combustible, accompagnant son état pulvérulent, est donc l'obstacle réel à l'utilisation de la grande masse de ces matières, qui sont en partie délaissées faute d'un appareil convenable pour en retirer toute la valeur calorifique Le foyer à étages multiples, peu dispendieux de construction, permet de brûler sans préparation aucune, toutes ces matières. Telles sont:
Les poussières de charbons maigres; Les poussières d'anthracite; Les houilles les plus pauvres; Les boues et schistes du lavage des houilles; La poussière de coke; La poussière des lignites; La tourbe menue; Le fraisil des forges; Les suies de locomotives; Les résidus de tous les foyers.

L'air chaud détermine la combustion, par surface, du charbon étalé sur les étages, en s'élevant successivement d'un étage sur l'autre La manoeuvre régulière consiste alors à faire descendre la matière d'un étage sur l'autre, à l'aide d'un râble, à l'étaler en couche mince sur l'étage immédiatement inférieur, et à charger de combustible nouveau l'étage supérieur qui se trouve vidé  – 1890 Dehaitre

alt-a-titre

Calorifère à étage (1890 Dehaitre)