Visitez notre WebApp cliquer ici

Calorifère Staib (Weibel et Cie)

La maison Weibel [Werbel] et Cie, de Genève, exposait, comme constructeur, le calorifère à air chaud de M. L.-F. Staib. Le foyer proprement dit consiste en une construction en briques, en avant de laquelle sont les portes de chargement, celle du cendrier avec orifices d’admission, à diverses hauteurs, de l’air nécessaire à la combustion. Le foyer est isolé dans une grande boîte à flamme, à surface de chauffe très- développée, de sorte que l’on évite ainsi les parois rouges. La flamme se développe dans cette capacité, en lèche les parois en se renversant, l’appel se faisant par le bas où aboutit le tuyau de départ des gaz. Le grand développement des parois est obtenu, comme le montrent les détails, au moyen d’une succession de surfaces dont la section est en zigzag. A la partie supérieure de la capacité de chauffe sont des réservoirs d’évaporation de l’eau dont la vapeur se mélange à l’air chaud à l’entrée de l’orifice principal de distribution.
 – 1867 Etudes sur l’exposition, Gazette des architectes et du bâtiment

Calorifère Staib. La sortie de l'air qui s'est échauffé au contact des parois extérieures.  – 1869 Figuier l’art du chauffage

L'ingénieur suisse Staib, de Genève, a inventé, il y a déjà longtemps, un calorifère qui donne de très bons résultats hygiéniques et une haute utilisation du combustible Ce calorifère se compose de six plaques en fonte ondulées formant un cube entouré d'une enveloppe en maçonnerie, celte capacité intérieure contient un foyer garni de terre réfractaire, suspendu et sans contact avec les surfaces de chauffe qui ne peuvent jamais rougir, la fumée se répand librement dans l'intérieur du foyer et redescend en léchant les surfaces intérieures de l'enveloppe en fonte ondulée. La fumée et les gaz chauds après être redescendus à droite et à gauche du foyer, se rendent A la partie inférieure dans deux conduits, placés aux angles, qui les dirigent enfin vers la cheminée. Les portes sont disposées de manière à permettre facilement l'introduction d'un ouvrier dans l'intérieur du calorifère, dont le ramonage se borne ainsi à un simple balayage de parois le calorifère Staib Werbel peut être considéré comme un très-bon appareil.  – Etudes sur l’exposition de 1878

Calorifère Staib Dans ce calorifère, l'air circule simplement autour d'une caisse en fonte, présentant des ondulations très développées.  – 1898 Aucamus, chauffage et ventilation

alt-a-titre

Calorifère L.F. Staib (1867 Etudes sur l’exposition, Gazette des architectes et du bâtiment)