Visitez notre WebApp cliquer ici

Calorifère Coignet

MM. F. Coignet et fils, à Paris, avaient exposé le modèle et les dessins d’un calorifère à air chaud, présentant des dispositions intéressantes à divers points de vue. Cet appareil se compose d’un foyer qui est en briques. Les gaz de la combustion s’échappent à travers des ouvertures ménagées à la construction dans la voûte supérieure qui reçoit l’action première de la flamme. Au- dessus de cette voûte sont des tubes dans lesquels passe l’air pris soit dans les caves directement, soit de l’extérieur, et alors, dans ce dernier cas, on a une enveloppe en avant de l’appareil. Les tuyaux où s’échauffe cet air, recevant la première action des gaz, ont généralement une température plus élevée qu’il ne le faut; aussi doit-on les réserver pour les vestibules, escaliers, etc.
Ensuite les gaz se renversent horizontalement et circulent autour d’un certain nombre de tuyaux en fonte dans lesquels passe l’air admis de l’extérieur. Les tuyaux qui avoisinent le foyer sont pourvus d’un cylindre enveloppant, en terre cuite, afin d’éviter d’élever ces premiers tuyaux et par suite l’air à une trop haute température. Les gaz, après avoir été horizontalement jusqu’à l’extrémité de l’appareil, reviennent vers le foyer; en descendant leur parcours est allongé par le moyen de cloisons transversales. Enfin le départ de la fumée a lieu par la cheminée en passant sous le foyer. L’air échauffé dans cette partie de l’appareil est réservé aux pièces habitées.
 – 1867 Etudes sur l’exposition, Gazette des architectes et du bâtiment

alt-a-titre

Calorifère Coignet (1867 Etudes sur l’exposition, Gazette des architectes et du bâtiment)