Visitez notre WebApp cliquer ici

Brûloir à café

Voir aussi : Rôtissoir à café , Torréfacteur

Arrivé en provenance de Turquie et bu à Marseille durant la première moitié du 17<ème> siècle, le café ne connut son essor parmi la noblesse qu’au début du 18éme. Les premiers moulins à café apparaissent vers 1720, et le café est alors brulé dans des espèces de poêles semblables à celles que propose encore Thivolet en 1930. Les bruloirs cylindriques rotatifs existent à la fin du 18<ème> siècle, et en 1808 Cadet de Vaux propose de les fabriquer avec le cylindre interne en terre cuite pour supprimer le goût métallique donné par les brûloirs en fer.

Pour conserver au caffé (sic) tout son arôme, il faut, comme on sait, ne le brûler que quelques minutes avant de le soumettre au moulin. C'est pour le torréfier que je conseillerais le petit brûloir à la main, de Chambéry, qui vaut beaucoup mieux que notre brûloir cylindrique. Je m'étonne que ce brûloir dont on fait aussi usage dans les départemens méridionaux ne soit pas employé à Paris; il ne coûtait, il y a quelques années, que deux francs cinquante centimes, dans le département du Mont-Blanc.  – 1804 Siauvé

Le récipient qui contient le café est arrondi en tous sens, ce qui permet au café de se présenter plus également à la surface chauffante. Le couvercle qui se pose dessus permet aussi un chauffage égal, sans perte de combustible.  – 1894 Cuisinier de la campagne et de la ville, Audot

Brûloir à café  – 1911 Allez frères

Brûloir pieds bas, avec ou sans capote, Brûloirs sphériques à bascule.  – 1914 Johannard et Guillot

Brûloir à café à volant.  – 1930 Thivolet

Torréfacteur.  – 1931 Delaporte

alt-a-titre

Brûloir sphérique à bascule (1914 Johannard et Guillot)

alt-a-titre

Brûloir à café à volant (1930 Thivolet)

alt-a-titre

Torréfacteur (1931 Delaporte)