Visitez notre WebApp cliquer ici

Brasière

Voir aussi : Gueux

Au 19<ème> siècle, c’est une variante des braseros utilisée dans le sud-Est de la France. Le récipient est rempli de braises ou de charbon de bois. L’orthographe est dérivée de l’italien « Braciere ». Ce mot servira plus tard à désigner une pièce détachée des poêles.

C'est ainsi qu'à Marseille, à Montpellier, à Perpignan, etc., les marchands se servent, pour se préserver du froid, de la classique brasière. C'est un bassin de cuivre placé sur un support de bois circulaire, à peine haut de 1 décimètre. La brasière est au milieu de la boutique, et le chaland vient s'y chauffer un moment les pieds. C'est la braise de boulanger qui sert de combustible. On en remplit le matin la brasière, et le soir venu, le charbon n'est pas encore éteint.  – 1869 Figuier histoire du chauffage

En plaçant des brasières pleines de charbons embrasés et fermant l'entrée à l'air pur pour en avoir plus de calorique, on ne fait que vicier l'air par l'acide carbonique qui se dégage de ce combustible, et l'air n'est réchauffé qu'à une très-petite distance de la brasière.  – 1858 Dobrotyn

Pièces détachées: Avancée ou brasière.  – 1938 Tiquet-Baignes