Visitez notre WebApp cliquer ici

Bouse séchée

Aussi : Beuzel , Couêpet

Encore communément utilisée en Inde, en Mongolie, au Tibet, dans le Sichuan, dans le Nord de l’Afrique etc., la bouse de vache ou de yack séchée est le combustible de base de ces régions ou manquent les arbres et le bois de chauffage. Il y a moins de 70 ans, sous le nom de Beuzel, il était encore en usage en Bretagne, sous le nom de couêpet à Guernesey, et sous le nom de « bois de vache » en Savoie. Selon les lieux, elle était utilisée pure, ou mélangée avec de la paille, en galettes ou en mottes.

-[Les malheureux, dans les villages d’Aunis, du Poitou et d’une partie de la basse Normandie] n’ont d’autre moyen de se chauffer que celui de brûler en hiver dans leurs cheminées les excréments d’animaux qu’ils ont recueillis soigneusement et séchés pendant l’été (Charbon de terre apprêté, Morand,1770 )

-La commune de Roscanvel n’est guère qu’une pointe de terre montueuse et s’avançant dans la mer, pour fermer au Sud-Ouest la rade de Brest. Battu par tous les vents de la mer, ce territoire n’offre, pour ainsi dire, à la vue aucun arbre. Aussi les excréments de vaches (dits Beuzels), mêlés avec de la paille et séchés au soleil, y sont-ils, avec quelques bruyères, les seuls moyens de chauffage (1843 Dictionnaire historique & géographique de Bretagne, par Marteville et A.,Varin )

-À une altitude encore plus grande, et alors que le transport du combustible coûterait trop de peine, on a recours aux bouses de vaches, que l’on sèche au soleil, après les avoir précieusement récoltées. (1869 L’art du chauffage, Louis Figuier)

-Beuzel, s. m. Bouse de vache; c'est aussi celle que l'on dessèche au soleil pour être brûlée en guise de chauffage. (Nouveau dictionnaire pratique Breton-Français du dialecte de Leon, A.-E. Troude 1876)

-On appelle à Guernesey, couêpet, au pluriel couêpiaux, la bouse de vache desséchée au soleil. Cette dénomination lui est donnée à raison de sa destination qui est la même que celle des copeaux, c'est-à-dire parce que, dans cet état, elle sert de combustible. (Noms de famille Normands par Henri Moisy, 1875)

-Le Croisic: Fabrication de la bouse, pour le chauffage des fermiers, sortes de mottes faites de bouse et de paille et plaquées sur les murs de champs, à sécher au soleil. (Carte postale vers 1906).

alt-a-titre

Fabrication de mottes de bouse au Croisic (1906 ca Carte postale)