Visitez notre WebApp cliquer ici

Anthracite

Voir aussi : Poêle à anthracite , Jayet , Jais

L’anthracite, carbone presque pur est difficile à enflammer car très compact et ne comportant que très peu d’hydrocarbures, et demande beaucoup d’air et un excellent tirage pour sa combustion. La température de combustion de l’anthracite est très élevée, et demande des foyers réfractaires. De ce fait, il fut longtemps considéré comme incombustible et impropre au chauffage, et les gisements furent peu exploités. Encore au début du 19<ème> siècle on l’utilisait en joaillerie pour son intense couleur noire (le Jais, ou Jayet). Vers 1930 quelques houillères produisirent des agglomérés à base d’anthracite, plus inflammables afin de favoriser son utilisation dans des appareils de chauffage courants (voir Anthracine, Carbolux, Antralux)

On connait deux espèces de houille, la houille grasse et la houille sèche, qui s'enflamment plus ou moins facilement; mais celle connue sous le nom d’anthracite ne brûle point.  – 1812 Notice sur le chauffage par la houille

Les mines d'anthracite actuellement ouvertes dans le royaume sont au nombre de 37, savoir:
Département de l'Isère: Dix-sept mines, toutes concédées, Grande-Raye, Comberamis, Putteville, Péchagnard, Bethoux, Chuzins, Prunières, Grande-Combe, Chatelard, les Boines, Serre-Leycon, Saint-Barthelmy, Huez, Combe-Charbonnière, Pleris, Ternay, Communay. Ensemble, les dix-sept concessions occupent une étendue superficielle de 5,814 hectares.
Département des Hautes-Alpes: Dix mines, dont sept seulement ont donné des produits en 1835.Neuf de ces mines sont concédées; elles portent les noms ci-après. Combarine, Rochasson, Roche-Pessa, Puy-Saint-Pierre, Villard, Bouchier, Pramorelle, Prelles et Saint-Martin.La surface qu'elles occupent ensemble est de 757 hectares. Les concessionnaires n'ont guère d'autres ouvriers qu'eux-mêmes ou des individus de leurs familles. C'est pendant l'hiver, et lorsqu'ils ne sont pas occupés dans leurs champs, qu'ils travaillent à leur mine.
Départements de la Mayenne et de la Sarthe: Dix mines concédées, savoir: LaBazouge, Gomer, Varennes, Lhuisserie, la Chaunière, les Bordeaux et le Domaine (Mayenne), Fercé, Monfron etViré ( Sarthe ). Surface totale: 24,176 hectares. La presque totalité de l'anthracite obtenu des mines de la Mayenne et de la Sarthe est employée à la fabrication de la chaux, matière aujourd'hui fort recherchée par les cultivateurs, ainsi qu'on l'a déjà dit plusieurs fois, et qui a développé, d'une manière vraiment prodigieuse, la richesse agricole de ces deux départements 4 machines à vapeur, ayant ensemble une force de 60 chevaux, sont établies sur [la totalité de] ces mines Elles ont fourni, toujours d'après le même système d'évaluation 682.271quintaux métriques, et elles ont occupé 986 ouvriers Quelques-unes d'entre elles, qui exigent même l'action d'une soufflerie, brûlent avec tant de lenteur, que l'opinion commune a pendant longtemps été qu'elles n'étaient pas du tout combustibles.  – 1839 Eclairage au gaz, Pelouze

Dans les Etats-Unis, l’état de Pensylvanie renferme trois gîtes puissants d’anthracite. L’exploitation de ces mines n’a produit, en 1820, que 371 tonnes. En 1830, la production était de 177530 tonnes, et en 1839 elle s’est élevée à 798122 On n’est parvenu qu’à la longue à brûler l’anthracite sur des grilles, en petite quantité, pour les usages domestiques, et même à en tirer un parti quelconque. Ce fut la guerre, en faisant sentir aux manufacturiers l’aiguillon de la nécessité, donna naissance à la pensée d’utiliser les gîtes d’anthracite pour la consommation des fabriques de Pennsylvanie, car alors on ne soupçonnait même pas qu’il pût jouer un rôle dans le chauffage des maisons. De 1812 à 1815, les escadres Anglaises bloquaient étroitement les ports de l’Union Les manufactures indigènes, accoutumées à s’approvisionner par la voie maritime des houilles de l’Angleterre, de la Virginie et de la Nouvelle-Ecosse étaient dans un embarras extrême. On songea donc au combustible minerai que la nature avait placé aux sources du Schuylkill et on en chargea les fourneaux et les chauffes des chaudières, mais sans le moindre succès L’un des principaux manufacturier de Philadelphie, M. J.P. Wetherill, me montrait en 1835, la place ou 20 ans auparavant, désespérant de réussir, il avait fait creuser un trou en terre pour y enfouir ce charbon, regardé comme incombustible Un tas d’anthracite gisait abandonné sur les bords de Schuylkill, près de la ville. Une nuit, le propriétaire d’une maison attenante fut réveillé en sursaut par une grande lueur accompagnée de crépitements: c’était le monceau d’anthracite qui avait pris feu et flambait. On renouvela bientôt les essais, et cette fois on fut plus heureux. Actuellement, l’anthracite est employé à peu près à tous les usages possibles, domestiques et industriels.  – 1843 Péclet, Traité du Chauffage

Matière noire, le plus souvent brillante, sèche au toucher, brûlant avec difficulté sous l'action du chalumeau, sans flamme ni fumée, et se couvrant d’un léger enduit de cendre blanche, ne produisant autre chose que de l’acide carbonique; c’est donc un corps simple. Plus lourde que la houille, elle a un poids spécifique de 1,4 à l,5. On lui a donné les noms de houille éclatante, houille sèche, charbon de terre incombustible. Cette matière peut être employée comme combustible, et produit une chaleur très-intense; mais comme elle est difficile à allumer, elle exige des fourneaux où l’air puisse passer en grande quantité. C’est surtout dans les fonderies qu’on s’en sert avec avantage, cause de la haute température qu’elle donne; mais comme elle ne brûle qu’autant qu’elle est en masse, on ne peut l’utiliser que dans les travaux en grand. Un des inconvénients de l’anthracite, est d’éclater au feu, et de s’y briser en petits fragments qui s’entassent et interceptent le passage de l’air.  – 1864 Dictionnaire des sciences théoriques et appliquées

Elle s'approvisionne, au plus bas prix, pendant l'été, des différents combustibles fournis par le bassin de Charleroi, qui sont apportés, économiquement, par le Canal de la Sambre dans ses grands chantiers de Jeumont (Nord) C'est l’Anthracite, venant du même bassin, cassé à la main, avec un petit marteau, opération un peu coûteuse par la main d'œuvre qu'elle occasionne, mais qui a le grand avantage de permettre de voir les parties schisteuses et pierreuses et de les mettre de côté Tous ces combustibles sont débarqués et mis côte à côte sous de vastes hangars qui communiquent, d'un côté avec le canal de la Sambre, de l'autre avec un raccordement à la gare de Jeumont.  – 1893 Le foyer

Nous dirons toutefois ici, que l'anthracite est un combustible qui n'est pas encore très répandu à Paris et dans les départements; qu'on éprouve encore quelques difficultés à se le procurer, et que son service exige des soins au commencement du chargement des calorifères; mais il faut espérer que ces inconvénients seront surmontés et qu'on ne manquera pas d’avoir ce précieux combustible en abondance et à savoir le manier dans les chauffages.  – 1884 Roret

alt-a-titre

Wagon de charbon composé (1893 Le foyer)

alt-a-titre

Production d’Anthracite en France de 1814 à 1838 (1843 Péclet, Traité du Chauffage)