Visitez notre WebApp cliquer ici

Alcool

Voir aussi : Esprit de vin

Aussi : Alcool éthylique

Dit aussi esprit de vin, car produit par la distillation du vin, l’alcool éthylique, fut le premier carburant liquide à être utilisé dans des réchauds. Son faible pouvoir calorifique limita son utilisation aux petits appareils de cuisson. L’esprit de vin fut utilisé sur des réchauds dès le milieu du 18<ème> siècle, et lors de la vente des objets ayant appartenu à Mme de Pompadour, est décrit un «Un réchaud à l'esprit de vin avec sa bouillotte d'un très joli modèle, le tout en vermeil». Vers la fin du 19<ème> siècle, l’ « esprit de vin », fut remplacé par l’ « alcool », obtenu plus généralement par la distillation de liquides sucrés fermenté. La température élevée de la flamme de l’alcool était parfaite pour la cuisson, et il ne dégageait pas de fumée ou d’odeur désagréable. Mais pour limiter l’alcoolisme en France, il était fortement taxé : par exemple, en 1867 l’alcool, qui coutait à la production environ 28 frs l’hectolitre était taxé à 37.5frs par hectolitre). Pour permettre l’utilisation de l’alcool pour des usages de cuisson, chauffage et éclairage, furent inventés les alcools dénaturés. Les taxes qui les frappaient étaient fortement réduites. Se trouvaient alors sur le marché deux sortes d’alcool : l’alcool dénaturé (comportant 10% d’alcool méthylique et 3% de benzine), destiné au chauffage, et l’alcool carburé (comportant 25 à 30% de benzine), et dont la flamme est éclairante pour l’application dans les lampes. La production importante d’alcool industriel incita le gouvernement à promouvoir son utilisation. Il organisa en Mai 1902, à Paris, le concours de l’Alcool, ou furent présentés. de nombreux modèles de réchauds. L’augmentation importante de la production d’alcool à partir des betteraves, en particulier due au besoin d’alcools industriels pendant la première guerre mondiale en fit, à partir du Concours du carburant national, tenu à Béziers en 1922 un « combustible national », car poussant sur les terres françaises, il devait rendre la France moins dépendante des importations de pétrole. Apparurent des marques d’alcool à brûler de compositions diverses : Electrine, Calorigène Solas L’alcool à brûler comporte actuellement 90% d’éthanol, 5 à 10% de méthanol et autres additifs, et son titrage est de l’ordre de 80 à 85°. Les réchauds à alcool furent souvent identiques à ceux utilisant de l’essence.

Nous avons bien perfectionné cette invention, car je crois que nos réchauds à l’esprit-de-vin l’emportent de beaucoup sur ceux contre lesquels Sénèque est si fort irrité.  – 1778 Encyclopédie

Il y a peut-être encore plus loin entre les réchauds à l'esprit-de-vin et celui dont je donne ici la description.  – 1777 Réchaud Néret

On échauffe, dans cette méthode, une caisse en bois doublée de tôle, au moyen d'une lampe à l'esprit de vin.  – 1783 L’art d’élever la volaille par le moyen d’une chaleur artificielle

Une lampe à l'esprit-de-vin, qui consomme pour environ un centime de ce liquide en un quart d'heure.  – 1808 Cadet de Vaux

Réchaud à alcool à flamme forcée. Pour faire la cuisine sur la table à la minute.  – 1876 Lang

Lampe à gaz et lampe à alcool.  – 1896 Geneste Herscher

Avec une légère modification du bec on peut brûler, dans les lampes Decamps, de l’alcool carburé (Alcoho-Stellane) soit 1/3 de la consommation constatée il y a 3 ans, au début des lampes à alcool Parmi les appareils d’éclairage à flamme libre, nous devons attirer l’attention sur les lampes à disque épanouisseur, qui donnent avec un alcool carburé spécial dit Alkolumine, un éclairage très analogue à celui des becs à pétrole perfectionnés.  – 1902 Exposition internationale de l’Alcool La Nature N°1520

Réchaud à alcool « l’avenir » En laiton poli, à flamme forcée, à régulateur inexplosible.  – 1908 Valentini

Réchauds à alcool.  – 1908 Au Chatelet Allez frères

On peut en dire autant de l'alcool, qui présente en outre l'inconvénient d'un pouvoir calorifique relativement faible.  – 1908 Minette, réchauds de cuisine

Enfin la « Flamme Bleue » ajoute à ses articles à pétrole, à la demande des régions qui consomment spécialement l'Alcool, les Fourneaux à Alcool.  – 1909 Fourneaux Flamme Bleue

L’Alcool dénaturé du commerce n’a qu’un emploi très limité comme agent de chauffage; les impôts dont il est frappé rendent son prix trop élevé. On ne l’utilise guère, pour les usages domestiques, que dans les petits ménages pour la préparation rapide d’aliments, chauffage d’eau, d’une tasse de café, etc. Il existe de nombreux modèles de réchauds à la portée des bourses les plus pauvres.  – 1912 Chauffage par l’acétylène

Les appareils de chauffage à l'alcool sont analogues à ceux que nous décrirons plus loin pour l'essence de pétrole.  – 1918-1927 Chauffage René Champly

Balai laiton pour brûleur à alcool, mèche coton pour brûleur à essence.  – 1935 Azurea

alt-a-titre

Réchaud à esprit de vin (1751, pratique de l’art de faire éclore, Réaumur)

alt-a-titre

Tarif des droits réduits sur les alcools dénaturés, (1845ordonnance royale du 19 Août)

alt-a-titre

Réchaud à esprit de vin (1867 Lang)

alt-a-titre

Réchaud à alcool (1908 Au Chatelet Allez Frères)

alt-a-titre

Alcool à brûler Produit national (1935 ca, buvard)