Visitez notre WebApp cliquer ici

Alambic

Aussi : Cornue , Chaudière de distillation

Connu depuis le moyen âge l’alambic est un appareil servant à la distillation. Il est composé d’un appareil de chauffage, d’une cucurbite (réservoir),d’un chapiteau ou chape (qui se pose sur la cucurbite), et d’un système de condensation des gaz (le serpentin). L’ensemble est souvent en cuivre, et sert surtout à la distillation des eaux de vies et des huiles essentielles en parfumerie. Comme pour les fourneaux et les réchauds, le système de chauffage peut être au bois, au charbon, au gaz, au pétrole, à alcool, électrique. La cornue, qui anciennement est un vaisseau (récipient) se refermant progressivement et dont l’extrémité supérieure rétrécie est recourbée, semblable à une cucurbite et un chapiteau, est réalisé en verre ou en terre cuite, et n’intègre pas de système de chauffage ni de serpentin. La cornue évoluera avec l’apparition du coke, puis du pétrole, en un grand réservoir métallique dans lequel sont chauffés industriellement ces produits pour en extraire par distillation, tous les composants.

Nous toucherons cela à l’oeil et à la main, si ayant mis de l’eau froide par la bouche d’une cornue, tu mets le ventre d’icelle sur le feu, tu verras incontinent que le corps du verre aura premièrement été échauffé, qu’il sortira par l’orifice d’icelle non sans bruit des flatuosités.  – « De natura elementorum & de quinta-essenti aliber, cum ejudem epistola de mobilis perpetui inventione » publié en 1621, repris dans « Synthèse des inventions de Cornélius Drebbels »par Jacques Jumeau, Musée Ultimheat

Cette machine diffère des autres alambics, parce qu'elle est d'une seule pièce, c'est-à-dire, que le chapiteau est soudé avec la chaudière. Cet alambic n'a point dans sa partie supérieure de réfrigérant comme la plupart des alambics ordinaires, cette pièce nécessaire à la distillation est isolée. Cet alambic, composé de trois pièces, savoir, un bain marie, une chaudière et un chapiteau, terminé par une ouverture et un couvercle mobile, est enfoncé jusqu'au tiers dans un fourneau à deux ouvertures, dont l'une est destinée à l'introduction du combustible, et l'autre à placer le régulateur.  – 1782 présentation du Régulateur du feu Bonnemain

M. le général Sokolnicki a préféré l'usage d'une marmite de cuivre à celui d'une marmite de terre; il y a fait adapter un chapiteau d'alambic, avec lequel il distille diverses substances.  – 1806 Bouriat fourneau potager

Coupe du fourneau et de la chaudière, prise sur le devant.
a, foyer de forme parabolique; h, chaudière de distillation ou alambic; c, cendrier; d, d, d, tuyaux aspirateurs pour alimenter le foyer; e, grille; g, orifice supérieur du foyer; h, h, h, briques sur lesquelles repose la chaudière; i, i, conduits delà flamme autour de la chaudière; k, k, lu vaux qui entourent la partie supérieure du fourneau; l, l, conduits parlant de ces tuyaux et aboutissant à la cheminée; m, m, briques qui recouvrent le fourneau et viennent s'appuyer contre la chaudière; n, n, conduits de la fumée; o, cheminée; p, p, maçonnerie en briques du fourneau.  – 1816 Christian Poeles

Une partie de ceux de la cornue, en évitant le goût d'empyreume, que produit le contact du feu sur les matières mises en opération.  – 1821 Frogier

L'appareil ainsi que les procédés en usage pour la distillation de l'huile sont très simples; les points sur lesquels l'attention doit surtout porter sont: le degré de chaleur à donner aux cornues et l’écoulement régulier de l'huile.  – 1837 traité sur le gaz M-Mattews

La cornue contenait quinze cents livres de houille, et rendait par chaque centaine de livres de cette matière  – 1837 Traité sur le gaz Merle

Du remplissage des cornues et de l'extraction du coke en opérant avec des fourneaux semblables pour la capacité et la forme, avec des alambics ou cornues.
 – 1839 Pelouze éclairage au gaz

Les chaudières qui servent aux différentes distillations de l'huile brute ou déjà rectifiée sont les mêmes. Elles sont généralement en fonte, quelquefois en fer Ce tuyau, de grand diamètre et muni d'un robinet, est destiné à vider la chaudière à la fin de chaque distillation et à enlever le goudron qui y reste. Il aboutit hors de la maçonnerie qui entoure l'alambic Les unes laissent dans la cornue un résidu semblable à de la lave, d'autres une cendre blanchâtre conservant la forme primitive du bloc.  – 1866 La science pittoresque pétrole

Le col de la cornue et le tube qui conduit au serpentin.  –  1886 Malosse calorimétrie et thermométrie

Alambics.  – 1894 Delaroche

Cornue en cuivre, en fonte, en plomb, en platine Alambics en cuivre rouge avec réfrigérant, bain marie et serpentin.  – 1905 Poulenc

Alambics continus.  – 1909 Besnard Maris Antoine, Chauffage au pétrole et à l’alcool

Il reste dans la cornue du goudron. 100 parties de vinaigre de bois donnent environ 5 à 10% d'acide pyroligineux.  – 1912 Damour Carnot Rengade énergie calorifique

Le premier pas à faire vers la production judicieuse et économique de la chaleur est d'utiliser la cornue à gaz ou le gazogène.  – 1925 Pierson

Ce modèle de buanderie peut facilement recevoir un alambic de distillation.
 – 1938Tiquet-Baignes

Alambics pour distillation.  – 1949 Zenith

alt-a-titre

Chaudière de distillation ou Alambic (1816 Christian, Poéle)

alt-a-titre

Chaudière de distillation du pétrole ou cornue (1866 La science pittoresque pétrole)

alt-a-titre

Cornue en fonte (1905 Poulenc)

alt-a-titre

Alambic « Bernard Estève » (1912 ca Besnard)